Discussion:
Moteurs sur-unitaires, effet de mode ou véritables perspectives ?
(trop ancien pour répondre)
Michel Actis
2010-02-04 15:17:36 UTC
Permalink
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de sites
fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de moteurs
prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire"...Si la plupart de ces sites
sont l'oeuvre de passionnés pour ne pas dire d'illuminés, il faut bien
admettre que certains sites émanent de sources beaucoup plus sérieuses et
parfois même de laboratoires ou d'écoles d'ingénieurs dont la réputation
suscite habituellement le respect...

Pour ne citer que quelques exemples signalons Thane Heins et son équipe de
l'Université d'Ottawa qui déclarent que leur moteur détourne la loi de Lenz
et produit une accélération du rotor au lieu de le freiner...Cette
technologie pourrait donc recharger les batteries d'un véhicule électrique
tout en l'accélérant....Heins a reçu la visite de chercheurs du MIT qui
seraient restés perplexes devant cette habile manipulation de la loi de Lenz
et le département de la défense canadienne tout comme US air force auraient
manifesté leur intérêt pour cette technologie...




Pour ne pas parler de la société Steorn qui fait battage ces jours-ci
mentionnons une entreprise australienne Lutec qui affirme quant à elle
produire 24 KW de puissance utile via un générateur disposant d'un rendement
de 440%...

http://www.delphion.com/cgi-bin/viewpat.cmd/US04151431
http://www.lutec.com.au/


Parlons aussi du gaz de Brown qui fait pas mal de buzz ainsi la société
Hybrid Tech affirme que sa pile à combustible produit suffisamment de gaz
Hydroxy (HHO) à partir de électrolyse de l'eau pour entretenir l'électrolyse
dans la pile et produire de l'énergie additionnelle...




Plus fort encore un britannique déclare avoir inventé un dispositif pouvant
vaincre la gravité via une cavité résonnante saturée de micro-ondes capable
de générer une poussée nette par effet relativiste dont des scientifiques
Chinois auraient validé le principe mathématique... Ces travaux
auraient été présenté au Council of Europeen Aerospace Societies de
2009 et la derniere version de son moteur serait capable d'une poussée de
136 Kg pour une puissance de 6KW....
http://www.newscientist.com/article/mg19125681.400
http://www.rexresearch.com/shawyer/shawyer.htm


Moteurs EBM :
http://www.gammamanager.com/video.html

(Certifications des moteurs EBM par des experts)
http://www.gammamanager.com/certific.html
http://www.rexresearch.com/szabo/szabo.htm


Voir aussi le moteur SEG présenté par le Pr Searl (bluffant le papy...) :




Pour couronner le tout malgré les Cassandres qui prédisent le retour à
l'âge de pierre une fois le pic du pétrole franchi certains scientifiques
comme le Pr Takiashi Yabe de l'institut technologique de Tokyo annoncent
l'âge d'Or dans son livre "Magnésium Civilisation" car de l'énergie
éléctrique très bon marché pourrait être fournie avec du magnésium ce qui
assurerait 300.000 ans de consommation énergétique mondiale...
http://newenergyandfuel.com/http:/newenergyandfuel/com/2009/10/01/a-magnesium-fuel-cycle/
http://www.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,1924149_1924154_1924427,00.html


MA


Métronome magnétique (Ingénieux...) :


Moteur à aimants permanents (Où est le truc ?)

o.gehaime
2010-02-04 15:34:35 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de sites
fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de moteurs
prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire"...Si la plupart de ces sites
sont l'oeuvre de passionnés pour ne pas dire d'illuminés, il faut bien
admettre que certains sites émanent de sources beaucoup plus sérieuses et
parfois même de laboratoires ou d'écoles d'ingénieurs dont la réputation
suscite habituellement le respect...
Pour ne citer que quelques exemples signalons Thane Heins et son équipe de
l'Université d'Ottawa qui déclarent que leur moteur détourne la loi de Lenz
et produit une accélération du rotor au lieu de le freiner...Cette
technologie pourrait donc recharger les batteries d'un véhicule électrique
tout en l'accélérant....Heins a reçu la visite de chercheurs du MIT qui
seraient restés perplexes devant cette habile manipulation
"habile manipulation", oui.
Post by Michel Actis
de la loi de
Lenz
et le département de la défense canadienne tout comme US air force *auraient*
manifesté leur intérêt pour cette technologie...
"Auraient".

Voili voilou, tout du même jus.
Nietsnie
2010-02-04 22:46:45 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire"...Si la plupart
de ces sites sont l'oeuvre de passionnés pour ne pas dire
d'illuminés, il faut bien admettre que certains sites émanent de
sources beaucoup plus sérieuses et parfois même de laboratoires ou
d'écoles d'ingénieurs dont la réputation suscite habituellement le
respect...
Pour ne citer que quelques exemples signalons Thane Heins et son
équipe de l'Université d'Ottawa qui déclarent que leur moteur
détourne la loi de Lenz et produit une accélération du rotor au lieu
de le freiner...Cette technologie pourrait donc recharger les
batteries d'un véhicule électrique tout en l'accélérant....Heins a
reçu la visite de chercheurs du MIT qui seraient restés perplexes
devant cette habile manipulation de la loi de Lenz et le département
de la défense canadienne tout comme US air force auraient manifesté
leur intérêt pour cette technologie...
http://youtu.be/Ps5BqEiFK74
http://youtu.be/FmFbINO0dCU
Du bidon. Aucune mesure chiffrée et un simple phénomène amusant d'entretien
d'un mouvement par résonance, décortiqué autrement par le physicien
Doubochinski :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/31/89/29/Fusion-52/F52004.pdf
Post by Michel Actis
Pour ne pas parler de la société Steorn qui fait battage ces jours-ci
mentionnons une entreprise australienne Lutec qui affirme quant à elle
produire 24 KW de puissance utile via un générateur disposant d'un
rendement de 440%... http://youtu.be/xLngerzzSBI
http://www.delphion.com/cgi-bin/viewpat.cmd/US04151431
http://www.lutec.com.au/
Y a juste un truc qui me chiffonne, sur ce lien annexe :

http://www.lutec.com.au/lea_test.htm

On voit deux multimètres digitaux dotés d'une pince ampèremétrique qui est
clampée sur des conducteurs dans lesquels circule du courant continu...
Une pince ampèremétrique sur du continu !!! La mesure est vachement
sérieuse.

Ceci dit, si le bidule fait briller la batterie de lampes éternellement sans
apport extérieur, le calcul de puissance est normalement très facile, sans
multimètre : la puissance unitaire des lampes x le nombre. Mais, on ne peut
juger de la durée sur ces courtes vidéos.

Et puis, la partie moteur qui est alimentée en continu et il y a une
batterie qui l'alimente. Ah ? Alors, combien ça dure l'allumage des lampes
en comparaison de la capacité de la batterie ?

Si ça marche comme ça, la gars va se faire enlever par les compagnies
d'électricité... Mais, déjà, sa maison au gars, elle a l'électricité
gratuite ou pas ?
Post by Michel Actis
....
--
Jean Claude Pinoteau
A. Caspis
2010-02-05 00:19:16 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
On voit deux multimètres digitaux dotés d'une pince ampèremétrique qui est
clampée sur des conducteurs dans lesquels circule du courant continu...
Une pince ampèremétrique sur du continu !!! La mesure est vachement
sérieuse.
Les pinces ampèremétriques à effet Hall peuvent mesurer des
courants continus, contrairement aux pinces traditionnelles
qui fonctionnent par induction.

http://en.wikipedia.org/wiki/Current_clamp#Hall_effect

AC
Nietsnie
2010-02-05 11:15:56 UTC
Permalink
Post by A. Caspis
Post by Nietsnie
On voit deux multimètres digitaux dotés d'une pince ampèremétrique
qui est clampée sur des conducteurs dans lesquels circule du courant
continu... Une pince ampèremétrique sur du continu !!! La mesure est
vachement sérieuse.
Les pinces ampèremétriques à effet Hall peuvent mesurer des
courants continus, contrairement aux pinces traditionnelles
qui fonctionnent par induction.
http://en.wikipedia.org/wiki/Current_clamp#Hall_effect
Oui, je suis au courant. Mais, comme le souligne Wikipedia "This type is
often used with oscilloscopes, and with high-end computerized digital
multimeters."
Or, il ne me semblait pas d'après la photo que les appareils utilisés soient
très sophistiqués. Cependant, en vérifiant les spécifications du
constructeur du multimètre, il est précisé que la mesure de courant continu
est incluse.
Dont acte.

http://centertek.trustpass.alibaba.com/product/100122883-100000125/AC_DC_True_Rms_Power_Clamp_Meter.html

Penchons nous sur d'autres éléments :

Sur le lien http://www.lutec.com.au/lea_test.htm on peut s'étonner que le
schéma du circuit présenté soit un vague crobar à main levée. Pour une
société qui travaille une innovation hi-tech, c'est étonnant.

Pourquoi sur ce lien ne donnent-ils pas des tableaux des mesures effectuée ?
Nous n'avons droit qu'à la photo des cadrans des wattmètres. Or,
spécifications du constructeur à l'appui, il y a une gamme de 100 kW et 360
kW. Or, nous lisons 10 et 24 sur les afficheurs. Ce qui voudrait dire 10 et
24 kW, sur la gamme 100 kW, surtout qu'ils précisent que l(affichage est en
kW ? Admettons qu'il y ait un point (bien qu'improbable sur la lecture 010),
cela ferait 2.4 et 1.0 kW. Or, vu le nombre de lampes visibles, il semble
peu probable que la puissance soit de 2.4 ou 24 kW ! La seule hypothèse
concordante serait 0.10 et 0.24 kW, mais rien sur la photo ou dans le texte
ne corrobore, sauf à la rubrique LEA où ils écrivent :
"The smallest demonstrates an input of about 4 watts to a machine returning
about 19 watts, and in another instance inputting around 70 watts and
outputting around 270 watts."
Mais à la rubrique "Technical data", c'est circulez, y a rien à voir pour
l'instant...

Par ailleurs, sur leur lien http://www.lutec.com.au/video/lutec_LEA.wmv
on constate que les mesures sont faites avec des galvanomètres. On ne
connaît pas le modèle et on ne sait pas si ce sont les valeurs moyennes ou
efficaces qui sont mesurées, mais la différence n'est pas très importante
dans un premier temps.

Par contre, les mesures en sortie se font sur le courant alternatif, alors
que celui-ci passe dans un pont redresseur pour charger la batterie qui sert
à alimenter le moteur. Or, il y a un point négligé dans le calcul de
puissance (dont on n'a aucun tableau). La puissance électrique en sortie
d'un pont n'est pas le produit du courant (efficace) par la tension efficace
totale de la sinusoïde, mais uniquement de la valeur efficace de la
sinusoïde dans la tranche où le pont conduit. Par conséquent, les valeurs de
puissances obtenues par ces simples mesures sont fausses.

Si LUTEC a conclu à un système surunitaire sur la base de ces mesures, il
est possible qu'il se soit enferré dans une voie conduisant à dissimuler son
erreur initiale. Maintenant, si réellement le système fonctionne ainsi,
c'est extraordinaire et ne semble pas relever d'un phénomène connu en
physique.
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-05 12:32:09 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by A. Caspis
Post by Nietsnie
On voit deux multimètres digitaux dotés d'une pince ampèremétrique
qui est clampée sur des conducteurs dans lesquels circule du courant
continu... Une pince ampèremétrique sur du continu !!! La mesure est
vachement sérieuse.
Les pinces ampèremétriques à effet Hall peuvent mesurer des
courants continus, contrairement aux pinces traditionnelles
qui fonctionnent par induction.
http://en.wikipedia.org/wiki/Current_clamp#Hall_effect
Oui, je suis au courant. Mais, comme le souligne Wikipedia "This type is
often used with oscilloscopes, and with high-end computerized digital
multimeters."
Or, il ne me semblait pas d'après la photo que les appareils utilisés
soient très sophistiqués. Cependant, en vérifiant les spécifications du
constructeur du multimètre, il est précisé que la mesure de courant
continu est incluse.
Dont acte.
http://centertek.trustpass.alibaba.com/product/100122883-100000125/AC_DC_True_Rms_Power_Clamp_Meter.html
Sur le lien http://www.lutec.com.au/lea_test.htm on peut s'étonner que le
schéma du circuit présenté soit un vague crobar à main levée. Pour une
société qui travaille une innovation hi-tech, c'est étonnant.
Bizarre moi je lis : The LEA depicted was constructed by others
independently from Lutec Australia Pty Ltd, to specifications provided by
Lutec. This proves that overunity results can be replicated by others



MA
Post by Nietsnie
Pourquoi sur ce lien ne donnent-ils pas des tableaux des mesures effectuée
? Nous n'avons droit qu'à la photo des cadrans des wattmètres. Or,
spécifications du constructeur à l'appui, il y a une gamme de 100 kW et
360 kW. Or, nous lisons 10 et 24 sur les afficheurs. Ce qui voudrait dire
10 et 24 kW, sur la gamme 100 kW, surtout qu'ils précisent que l(affichage
est en kW ? Admettons qu'il y ait un point (bien qu'improbable sur la
lecture 010), cela ferait 2.4 et 1.0 kW. Or, vu le nombre de lampes
visibles, il semble peu probable que la puissance soit de 2.4 ou 24 kW !
La seule hypothèse concordante serait 0.10 et 0.24 kW, mais rien sur la
photo ou dans le texte ne corrobore, sauf à la rubrique LEA où ils
"The smallest demonstrates an input of about 4 watts to a machine
returning about 19 watts, and in another instance inputting around 70
watts and outputting around 270 watts."
Mais à la rubrique "Technical data", c'est circulez, y a rien à voir pour
l'instant...
Par ailleurs, sur leur lien http://www.lutec.com.au/video/lutec_LEA.wmv
on constate que les mesures sont faites avec des galvanomètres. On ne
connaît pas le modèle et on ne sait pas si ce sont les valeurs moyennes ou
efficaces qui sont mesurées, mais la différence n'est pas très importante
dans un premier temps.
Par contre, les mesures en sortie se font sur le courant alternatif, alors
que celui-ci passe dans un pont redresseur pour charger la batterie qui
sert à alimenter le moteur. Or, il y a un point négligé dans le calcul de
puissance (dont on n'a aucun tableau). La puissance électrique en sortie
d'un pont n'est pas le produit du courant (efficace) par la tension
efficace totale de la sinusoïde, mais uniquement de la valeur efficace de
la sinusoïde dans la tranche où le pont conduit. Par conséquent, les
valeurs de puissances obtenues par ces simples mesures sont fausses.
Si LUTEC a conclu à un système surunitaire sur la base de ces mesures, il
est possible qu'il se soit enferré dans une voie conduisant à dissimuler
son erreur initiale. Maintenant, si réellement le système fonctionne
ainsi, c'est extraordinaire et ne semble pas relever d'un phénomène connu
en physique.
--
Jean Claude Pinoteau
Nietsnie
2010-02-05 12:47:49 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by A. Caspis
Post by Nietsnie
On voit deux multimètres digitaux dotés d'une pince ampèremétrique
qui est clampée sur des conducteurs dans lesquels circule du
courant continu... Une pince ampèremétrique sur du continu !!! La
mesure est vachement sérieuse.
Les pinces ampèremétriques à effet Hall peuvent mesurer des
courants continus, contrairement aux pinces traditionnelles
qui fonctionnent par induction.
http://en.wikipedia.org/wiki/Current_clamp#Hall_effect
Oui, je suis au courant. Mais, comme le souligne Wikipedia "This
type is often used with oscilloscopes, and with high-end
computerized digital multimeters."
Or, il ne me semblait pas d'après la photo que les appareils utilisés
soient très sophistiqués. Cependant, en vérifiant les spécifications
du constructeur du multimètre, il est précisé que la mesure de
courant continu est incluse.
Dont acte.
http://centertek.trustpass.alibaba.com/product/100122883-100000125/AC_DC_True_Rms_Power_Clamp_Meter.html
Sur le lien http://www.lutec.com.au/lea_test.htm on peut s'étonner
que le schéma du circuit présenté soit un vague crobar à main levée.
Pour une société qui travaille une innovation hi-tech, c'est
étonnant.
Bizarre moi je lis : The LEA depicted was constructed by others
independently from Lutec Australia Pty Ltd, to specifications
provided by Lutec. This proves that overunity results can be
replicated by others ...
Cette affirmation ne prouve rien du tout, pour autant qu'elle soit aussi
sérieuse que le reste. Vous trouvez que ce torchon de schéma électrique est
sérieux ?Les preuves viendraient d'un audit indépendant, chiffres à l'appui.
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-05 12:52:42 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by A. Caspis
Post by Nietsnie
On voit deux multimètres digitaux dotés d'une pince ampèremétrique
qui est clampée sur des conducteurs dans lesquels circule du
courant continu... Une pince ampèremétrique sur du continu !!! La
mesure est vachement sérieuse.
Les pinces ampèremétriques à effet Hall peuvent mesurer des
courants continus, contrairement aux pinces traditionnelles
qui fonctionnent par induction.
http://en.wikipedia.org/wiki/Current_clamp#Hall_effect
Oui, je suis au courant. Mais, comme le souligne Wikipedia "This
type is often used with oscilloscopes, and with high-end
computerized digital multimeters."
Or, il ne me semblait pas d'après la photo que les appareils utilisés
soient très sophistiqués. Cependant, en vérifiant les spécifications
du constructeur du multimètre, il est précisé que la mesure de
courant continu est incluse.
Dont acte.
http://centertek.trustpass.alibaba.com/product/100122883-100000125/AC_DC_True_Rms_Power_Clamp_Meter.html
Sur le lien http://www.lutec.com.au/lea_test.htm on peut s'étonner
que le schéma du circuit présenté soit un vague crobar à main levée.
Pour une société qui travaille une innovation hi-tech, c'est
étonnant.
Bizarre moi je lis : The LEA depicted was constructed by others
independently from Lutec Australia Pty Ltd, to specifications
provided by Lutec. This proves that overunity results can be
replicated by others ...
Cette affirmation ne prouve rien du tout, pour autant qu'elle soit aussi
sérieuse que le reste. Vous trouvez que ce torchon de schéma électrique
est sérieux ?Les preuves viendraient d'un audit indépendant, chiffres à
l'appui.
--
Jean Claude Pinoteau
Vous dites cela et pourtant vous n'avez même pas réagit aux certificats
d'experts des moteurs EBM...


MA
Nietsnie
2010-02-05 14:44:01 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by A. Caspis
Post by Nietsnie
On voit deux multimètres digitaux dotés d'une pince
ampèremétrique qui est clampée sur des conducteurs dans lesquels
circule du courant continu... Une pince ampèremétrique sur du
continu !!! La mesure est vachement sérieuse.
Les pinces ampèremétriques à effet Hall peuvent mesurer des
courants continus, contrairement aux pinces traditionnelles
qui fonctionnent par induction.
http://en.wikipedia.org/wiki/Current_clamp#Hall_effect
Oui, je suis au courant. Mais, comme le souligne Wikipedia "This
type is often used with oscilloscopes, and with high-end
computerized digital multimeters."
Or, il ne me semblait pas d'après la photo que les appareils
utilisés soient très sophistiqués. Cependant, en vérifiant les
spécifications du constructeur du multimètre, il est précisé que
la mesure de courant continu est incluse.
Dont acte.
http://centertek.trustpass.alibaba.com/product/100122883-100000125/AC_DC_True_Rms_Power_Clamp_Meter.html
Sur le lien http://www.lutec.com.au/lea_test.htm on peut s'étonner
que le schéma du circuit présenté soit un vague crobar à main
levée. Pour une société qui travaille une innovation hi-tech, c'est
étonnant.
Bizarre moi je lis : The LEA depicted was constructed by others
independently from Lutec Australia Pty Ltd, to specifications
provided by Lutec. This proves that overunity results can be
replicated by others ...
Cette affirmation ne prouve rien du tout, pour autant qu'elle soit
aussi sérieuse que le reste. Vous trouvez que ce torchon de schéma
électrique est sérieux ?Les preuves viendraient d'un audit
indépendant, chiffres à l'appui.
--
Jean Claude Pinoteau
Vous dites cela et pourtant vous n'avez même pas réagit aux
certificats d'experts des moteurs EBM...
...
Pas que ça à faire, mais je vais m'en occuper. Pour le LEA, rien de sérieux.
--
Jean Claude Pinoteau
Nietsnie
2010-02-05 11:19:22 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire...
Plus fort encore un britannique déclare avoir inventé un dispositif
pouvant vaincre la gravité via une cavité résonnante saturée de
micro-ondes capable de générer une poussée nette par effet
relativiste dont des scientifiques Chinois auraient validé le
principe mathématique... Ces travaux auraient été présenté au Council of
Europeen Aerospace Societies de
2009 et la derniere version de son moteur serait capable d'une
poussée de 136 Kg pour une puissance de 6KW....
http://www.newscientist.com/article/mg19125681.400
http://www.rexresearch.com/shawyer/shawyer.htm
...
Où avec vous vu du mouvement perpétuel ou du surunitaire là dedans ?
--
Jean Claude Pinoteau
Nietsnie
2010-02-05 11:24:46 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
....
http://youtu.be/aHVBu77jz4w
Combien de temps faut-il pour qu'il s'arrête ? Pas de surunitaire là-dedans
Post by Michel Actis
Moteur à aimants permanents (Où est le truc ?)
http://youtu.be/i0oUaPZ_wF8
Un truc, il y en a forcément un.

Il peut y avoir un dispositif caché sous la table.

Il se peut que dans l'environnement il y ait un fort champ magnétique
tournant relevant de fuites d'un gros appareil électrique.

L'expérience est faite sur une plaque en apparence métallique. Quel métal ?
Il se peut que ses propriétés magnétique, sa rémanence, soient propices à
entretenir un mouvement initial, tout au moins un certain temps.

Dans tous les cas, le système ne produit aucun couple, sauf celui pour
vaincre le frottement dans l'air et sur l'axe. Rien de perpétuel ni de
surunitaire.
--
Jean Claude Pinoteau
Nietsnie
2010-02-05 12:26:39 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
Parlons aussi du gaz de Brown qui fait pas mal de buzz ainsi la
société Hybrid Tech affirme que sa pile à combustible produit
suffisamment de gaz Hydroxy (HHO) à partir de électrolyse de l'eau
pour entretenir l'électrolyse dans la pile et produire de l'énergie
additionnelle... http://youtu.be/8mkegEX0oQk
http://youtu.be/a9cbZ2mf4tU
...
En se référant aux textes de l'inventeur :
http://www.pureenergysystems.com/academy/papers/Common_Duct_Electrolytic_OxyHydrogen/
On en voit pas bien ce qui différencie d'une électrolyse classique, mis à
part le rendement. Alors, a-t-on du HHO ou du 2 H2 + O2 ? Je n'ai rien
trouvé de sérieux sur ce point.

Quant à Hybrid Tech, on jugera lorsque son proto type sera au point.
--
Jean Claude Pinoteau
Nietsnie
2010-02-05 12:37:31 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
Pour couronner le tout malgré les Cassandres qui prédisent le retour à
l'âge de pierre une fois le pic du pétrole franchi certains
scientifiques comme le Pr Takiashi Yabe de l'institut technologique
de Tokyo annoncent l'âge d'Or dans son livre "Magnésium Civilisation"
car de l'énergie éléctrique très bon marché pourrait être fournie
avec du magnésium ce qui assurerait 300.000 ans de consommation
énergétique mondiale...
http://newenergyandfuel.com/http:/newenergyandfuel/com/2009/10/01/a-magnesium-fuel-cycle/
http://www.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,1924149_1924154_1924427,00.html
...
Ah non ! On touche pas au chlorure de magnésium issu de la mer. Outre qu'il
n'y en aurait que pour 300 000 ans alors que la terre pourrait tenir 5
milliard d'années, qu'est ce que deviendrait le milieu biologique de la mer
si on lui enlève totalement l'un de ses composants majeurs ?

Et puis, le magnésium est une substance indispensable à la vie telle qu'on
la connait. Nous avons tous nos besoins journaliers, insuffisamment assurés
par la nourriture actuelle, qu'il est bon de supplémenter par une prise sous
forme de MgCl2.

C'est pas vraiment de l'énergie renouvelable, sauf qu'elle utilise en grande
partie l'énergie solaire

Et il n'y a rien de surunitaire là dedans....
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-05 13:06:46 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
Pour couronner le tout malgré les Cassandres qui prédisent le retour à
l'âge de pierre une fois le pic du pétrole franchi certains
scientifiques comme le Pr Takiashi Yabe de l'institut technologique
de Tokyo annoncent l'âge d'Or dans son livre "Magnésium Civilisation"
car de l'énergie éléctrique très bon marché pourrait être fournie
avec du magnésium ce qui assurerait 300.000 ans de consommation
énergétique mondiale...
http://newenergyandfuel.com/http:/newenergyandfuel/com/2009/10/01/a-magnesium-fuel-cycle/
http://www.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,1924149_1924154_1924427,00.html
...
Ah non ! On touche pas au chlorure de magnésium issu de la mer. Outre
qu'il n'y en aurait que pour 300 000 ans alors que la terre pourrait tenir
5 milliard d'années, qu'est ce que deviendrait le milieu biologique de la
mer si on lui enlève totalement l'un de ses composants majeurs ?
Et puis, le magnésium est une substance indispensable à la vie telle qu'on
la connait. Nous avons tous nos besoins journaliers, insuffisamment
assurés par la nourriture actuelle, qu'il est bon de supplémenter par une
prise sous forme de MgCl2.
C'est pas vraiment de l'énergie renouvelable, sauf qu'elle utilise en
grande partie l'énergie solaire
Et il n'y a rien de surunitaire là dedans....
--
Jean Claude Pinoteau
Cesses de te focaliser sur le terme "sur-unitaire" car j'aurais pu ou dû
ajouter "mouvement perpétuel" et "antigravitation" dans le titre du fil...


MA
Nietsnie
2010-02-05 14:45:23 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
Pour couronner le tout malgré les Cassandres qui prédisent le
retour à l'âge de pierre une fois le pic du pétrole franchi certains
scientifiques comme le Pr Takiashi Yabe de l'institut technologique
de Tokyo annoncent l'âge d'Or dans son livre "Magnésium
Civilisation" car de l'énergie éléctrique très bon marché pourrait
être fournie avec du magnésium ce qui assurerait 300.000 ans de
consommation énergétique mondiale...
http://newenergyandfuel.com/http:/newenergyandfuel/com/2009/10/01/a-magnesium-fuel-cycle/
http://www.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,1924149_1924154_1924427,00.html
...
Ah non ! On touche pas au chlorure de magnésium issu de la mer. Outre
qu'il n'y en aurait que pour 300 000 ans alors que la terre pourrait
tenir 5 milliard d'années, qu'est ce que deviendrait le milieu
biologique de la mer si on lui enlève totalement l'un de ses
composants majeurs ? Et puis, le magnésium est une substance
indispensable à la vie telle
qu'on la connait. Nous avons tous nos besoins journaliers,
insuffisamment assurés par la nourriture actuelle, qu'il est bon de
supplémenter par une prise sous forme de MgCl2.
C'est pas vraiment de l'énergie renouvelable, sauf qu'elle utilise en
grande partie l'énergie solaire
Et il n'y a rien de surunitaire là dedans....
--
Jean Claude Pinoteau
Cesses de te focaliser sur le terme "sur-unitaire" car j'aurais pu ou
dû ajouter "mouvement perpétuel" et "antigravitation" dans le titre
du fil... ...
Tu aurais surtout pu publier tout ça (presque) sur environnement et mettre
un titre différent. Là, tu aurais eu du succès...
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-05 12:58:34 UTC
Permalink
Je crois qu'il y a un vrai problème chez beaucoup de scientifiques avec
la notion de système...

Une partie du système peut donner l'impression d'un rendement supérieur à 1
alors que pour l'ensemble du système le rendement reste inférieur à
1...C'est un peu comme avec l'entropie on peut avoir une variation
d'entropie locale négative mais si on prend un système plus global alors la
variation d'entropie globale reste positive...


MA

"Je connais peu de cas où l'on prend en compte l'énergie magnétique stockée
dans un aimant permanent et celle qu'il génère dans tout l'espace via le
champ qu'il crée..."
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de sites
fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de moteurs
prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire"...Si la plupart de ces sites
sont l'oeuvre de passionnés pour ne pas dire d'illuminés, il faut bien
admettre que certains sites émanent de sources beaucoup plus sérieuses et
parfois même de laboratoires ou d'écoles d'ingénieurs dont la réputation
suscite habituellement le respect...
Pour ne citer que quelques exemples signalons Thane Heins et son équipe de
l'Université d'Ottawa qui déclarent que leur moteur détourne la loi de Lenz
et produit une accélération du rotor au lieu de le freiner...Cette
technologie pourrait donc recharger les batteries d'un véhicule électrique
tout en l'accélérant....Heins a reçu la visite de chercheurs du MIT qui
seraient restés perplexes devant cette habile manipulation de la loi de Lenz
et le département de la défense canadienne tout comme US air force auraient
manifesté leur intérêt pour cette technologie...
http://youtu.be/Ps5BqEiFK74
http://youtu.be/FmFbINO0dCU
Pour ne pas parler de la société Steorn qui fait battage ces jours-ci
mentionnons une entreprise australienne Lutec qui affirme quant à elle
produire 24 KW de puissance utile via un générateur disposant d'un rendement
de 440%... http://youtu.be/xLngerzzSBI
http://www.delphion.com/cgi-bin/viewpat.cmd/US04151431
http://www.lutec.com.au/
Parlons aussi du gaz de Brown qui fait pas mal de buzz ainsi la société
Hybrid Tech affirme que sa pile à combustible produit suffisamment de gaz
Hydroxy (HHO) à partir de électrolyse de l'eau pour entretenir l'électrolyse
dans la pile et produire de l'énergie additionnelle...
http://youtu.be/8mkegEX0oQk
http://youtu.be/a9cbZ2mf4tU
Plus fort encore un britannique déclare avoir inventé un dispositif pouvant
vaincre la gravité via une cavité résonnante saturée de micro-ondes capable
de générer une poussée nette par effet relativiste dont des scientifiques
Chinois auraient validé le principe mathématique... Ces travaux
auraient été présenté au Council of Europeen Aerospace Societies de
2009 et la derniere version de son moteur serait capable d'une poussée de
136 Kg pour une puissance de 6KW....
http://www.newscientist.com/article/mg19125681.400
http://www.rexresearch.com/shawyer/shawyer.htm
http://www.gammamanager.com/video.html
(Certifications des moteurs EBM par des experts)
http://www.gammamanager.com/certific.html
http://www.rexresearch.com/szabo/szabo.htm
http://youtu.be/a-O7WNvKSvY
http://youtu.be/46gRnzI2os0
Pour couronner le tout malgré les Cassandres qui prédisent le retour à
l'âge de pierre une fois le pic du pétrole franchi certains scientifiques
comme le Pr Takiashi Yabe de l'institut technologique de Tokyo annoncent
l'âge d'Or dans son livre "Magnésium Civilisation" car de l'énergie
éléctrique très bon marché pourrait être fournie avec du magnésium ce qui
assurerait 300.000 ans de consommation énergétique mondiale...
http://newenergyandfuel.com/http:/newenergyandfuel/com/2009/10/01/a-magnesium-fuel-cycle/
http://www.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,1924149_1924154_1924427,00.html
MA
http://youtu.be/aHVBu77jz4w
Moteur à aimants permanents (Où est le truc ?)
http://youtu.be/i0oUaPZ_wF8
Nietsnie
2010-02-05 14:49:00 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
Je crois qu'il y a un vrai problème chez beaucoup de scientifiques
avec la notion de système...
Une partie du système peut donner l'impression d'un rendement
supérieur à 1 alors que pour l'ensemble du système le rendement reste
inférieur à 1...C'est un peu comme avec l'entropie on peut avoir une
variation
d'entropie locale négative mais si on prend un système plus global
alors la variation d'entropie globale reste positive...
MA
"Je connais peu de cas où l'on prend en compte l'énergie magnétique
stockée dans un aimant permanent et celle qu'il génère dans tout
l'espace via le champ qu'il crée..."
Il n'y a aucune énergie magnétique potentielle dans un aimant permanent. Pas
plus que dans un ressort.
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-05 18:30:52 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
Je crois qu'il y a un vrai problème chez beaucoup de scientifiques
avec la notion de système...
Une partie du système peut donner l'impression d'un rendement
supérieur à 1 alors que pour l'ensemble du système le rendement reste
inférieur à 1...C'est un peu comme avec l'entropie on peut avoir une
variation
d'entropie locale négative mais si on prend un système plus global
alors la variation d'entropie globale reste positive...
MA
"Je connais peu de cas où l'on prend en compte l'énergie magnétique
stockée dans un aimant permanent et celle qu'il génère dans tout
l'espace via le champ qu'il crée..."
Il n'y a aucune énergie magnétique potentielle dans un aimant permanent.
Pas plus que dans un ressort.
--
Jean Claude Pinoteau
Tiens donc ? Alors B^2/2u0 par unité de volume c'est de la littérature ?
Qu'on ne sache pas puiser dans cette énergie c'est une chose dire qu'elle
n'existe pas s'en est une autre...

L'électricité et magnétisme ne sont donc pas une seule et même chose ? En
électricité on a pourtant (1/2).LI^2 mais les aimants permanent eux ne
stockeraient pas de l'énergie ? Pour désaimanter un aiment ne doit on pas
lui fournir de l'énergie thermique ceci ne prouve-t-il pas qu'il y a une
énergie magnétique de cohésion interne ?


MA
Nietsnie
2010-02-06 15:41:59 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
Je crois qu'il y a un vrai problème chez beaucoup de scientifiques
avec la notion de système...
Une partie du système peut donner l'impression d'un rendement
supérieur à 1 alors que pour l'ensemble du système le rendement
reste inférieur à 1...C'est un peu comme avec l'entropie on peut
avoir une variation
d'entropie locale négative mais si on prend un système plus global
alors la variation d'entropie globale reste positive...
MA
"Je connais peu de cas où l'on prend en compte l'énergie magnétique
stockée dans un aimant permanent et celle qu'il génère dans tout
l'espace via le champ qu'il crée..."
Il n'y a aucune énergie magnétique potentielle dans un aimant
permanent. Pas plus que dans un ressort.
--
Jean Claude Pinoteau
Tiens donc ? Alors B^2/2u0 par unité de volume c'est de la
littérature ? Qu'on ne sache pas puiser dans cette énergie c'est une
chose dire qu'elle n'existe pas s'en est une autre...
L'électricité et magnétisme ne sont donc pas une seule et même chose
? En électricité on a pourtant (1/2).LI^2 mais les aimants permanent
eux ne stockeraient pas de l'énergie ? Pour désaimanter un aiment ne
doit on pas lui fournir de l'énergie thermique ceci ne prouve-t-il
pas qu'il y a une énergie magnétique de cohésion interne ?
Où voyez vous de l'énergie potentielle ? Dans un aimant permanent, il y a un
état stable, ce qui le distingue d'un champ électromagnétique obtenu par
circulation d'un courant dans une bobine. Et s'il y en avait, elle ne serait
pas inépuisable, ce qui ne présente donc strictement aucun intérêt puisque,
une fois épuisée, il faudrait jeter l'aimant, le recycler. Le drame, c'est
lorsque certains considèrent que l'aimant contiendrait de l'énergie et
qu'elle serait inépuisable, que l'aimant garderait ses propriétés malgré un
prélèvement.

La chaleur change tout aussi bien les propriétés d'un ressort, ce qui ne
prouve pas qu'il contienne de l'énergie potentielle.
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-06 18:54:16 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
Je crois qu'il y a un vrai problème chez beaucoup de scientifiques
avec la notion de système...
Une partie du système peut donner l'impression d'un rendement
supérieur à 1 alors que pour l'ensemble du système le rendement
reste inférieur à 1...C'est un peu comme avec l'entropie on peut
avoir une variation
d'entropie locale négative mais si on prend un système plus global
alors la variation d'entropie globale reste positive...
MA
"Je connais peu de cas où l'on prend en compte l'énergie magnétique
stockée dans un aimant permanent et celle qu'il génère dans tout
l'espace via le champ qu'il crée..."
Il n'y a aucune énergie magnétique potentielle dans un aimant
permanent. Pas plus que dans un ressort.
--
Jean Claude Pinoteau
Tiens donc ? Alors B^2/2u0 par unité de volume c'est de la
littérature ? Qu'on ne sache pas puiser dans cette énergie c'est une
chose dire qu'elle n'existe pas s'en est une autre...
L'électricité et magnétisme ne sont donc pas une seule et même chose
? En électricité on a pourtant (1/2).LI^2 mais les aimants permanent
eux ne stockeraient pas de l'énergie ? Pour désaimanter un aiment ne
doit on pas lui fournir de l'énergie thermique ceci ne prouve-t-il
pas qu'il y a une énergie magnétique de cohésion interne ?
Où voyez vous de l'énergie potentielle ? Dans un aimant permanent, il y a
un état stable, ce qui le distingue d'un champ électromagnétique obtenu
par circulation d'un courant dans une bobine. Et s'il y en avait, elle ne
serait pas inépuisable, ce qui ne présente donc strictement aucun intérêt
puisque, une fois épuisée, il faudrait jeter l'aimant, le recycler. Le
drame, c'est lorsque certains considèrent que l'aimant contiendrait de
l'énergie et qu'elle serait inépuisable, que l'aimant garderait ses
propriétés malgré un prélèvement.
La chaleur change tout aussi bien les propriétés d'un ressort, ce qui ne
prouve pas qu'il contienne de l'énergie potentielle.
--
Jean Claude Pinoteau
Néanmoins en présence d'un champ magnétique B, il y a une densité d'énergie
B^2/2uo ainsi le champ magnétique de la Terre qui s'étend théoriquement dans
tout le système solaire représente un stock d'énergie dans lequel il
pourrait être envisageable de puiser comme ce champ résulte d'un noyau
dynamique, je doute que l'on puisse alors faire disparaitre à court terme le
champ magnétique terrestre...


MA
Nietsnie
2010-02-06 23:36:30 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus
de sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes
de moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
Je crois qu'il y a un vrai problème chez beaucoup de scientifiques
avec la notion de système...
Une partie du système peut donner l'impression d'un rendement
supérieur à 1 alors que pour l'ensemble du système le rendement
reste inférieur à 1...C'est un peu comme avec l'entropie on peut
avoir une variation
d'entropie locale négative mais si on prend un système plus global
alors la variation d'entropie globale reste positive...
MA
"Je connais peu de cas où l'on prend en compte l'énergie
magnétique stockée dans un aimant permanent et celle qu'il génère
dans tout l'espace via le champ qu'il crée..."
Il n'y a aucune énergie magnétique potentielle dans un aimant
permanent. Pas plus que dans un ressort.
--
Jean Claude Pinoteau
Tiens donc ? Alors B^2/2u0 par unité de volume c'est de la
littérature ? Qu'on ne sache pas puiser dans cette énergie c'est une
chose dire qu'elle n'existe pas s'en est une autre...
L'électricité et magnétisme ne sont donc pas une seule et même chose
? En électricité on a pourtant (1/2).LI^2 mais les aimants permanent
eux ne stockeraient pas de l'énergie ? Pour désaimanter un aiment ne
doit on pas lui fournir de l'énergie thermique ceci ne prouve-t-il
pas qu'il y a une énergie magnétique de cohésion interne ?
Où voyez vous de l'énergie potentielle ? Dans un aimant permanent,
il y a un état stable, ce qui le distingue d'un champ
électromagnétique obtenu par circulation d'un courant dans une
bobine. Et s'il y en avait, elle ne serait pas inépuisable, ce qui
ne présente donc strictement aucun intérêt puisque, une fois
épuisée, il faudrait jeter l'aimant, le recycler. Le drame, c'est
lorsque certains considèrent que l'aimant contiendrait de l'énergie
et qu'elle serait inépuisable, que l'aimant garderait ses propriétés
malgré un prélèvement. La chaleur change tout aussi bien les propriétés
d'un ressort, ce
qui ne prouve pas qu'il contienne de l'énergie potentielle.
--
Jean Claude Pinoteau
Néanmoins en présence d'un champ magnétique B, il y a une densité
d'énergie B^2/2uo ainsi le champ magnétique de la Terre qui s'étend
théoriquement dans tout le système solaire représente un stock
d'énergie dans lequel il pourrait être envisageable de puiser comme
ce champ résulte d'un noyau dynamique, je doute que l'on puisse alors
faire disparaitre à court terme le champ magnétique terrestre...
...
C'est bien de douter... Mais ceci ne change pas la question initiale.

S'il a bien fallu utiliser de l'énergie pour aimanter un matériau approprié,
l'énergie qu'il conserve est ridicule et elle n'est pas récupérable telle
une énergie potentielle stricto sensu.

Les aimants les plus performants actuels renferment à peu près 300 kJ/m3,
soit 83 Wh. Même si vous pouviez récupérer ça, à partir d'un cube de 1 m3
soit 8 tonnes, est ce que cela a un sens ?
Alors que si vous récupérez l'énergie correspondant à 1° C d'un m3 d'eau,
vous disposez de 4 200 kJ pour 1 tonne

Cessez de rêver aux aimants.
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-07 06:07:51 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus
de sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes
de moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
Je crois qu'il y a un vrai problème chez beaucoup de scientifiques
avec la notion de système...
Une partie du système peut donner l'impression d'un rendement
supérieur à 1 alors que pour l'ensemble du système le rendement
reste inférieur à 1...C'est un peu comme avec l'entropie on peut
avoir une variation
d'entropie locale négative mais si on prend un système plus global
alors la variation d'entropie globale reste positive...
MA
"Je connais peu de cas où l'on prend en compte l'énergie
magnétique stockée dans un aimant permanent et celle qu'il génère
dans tout l'espace via le champ qu'il crée..."
Il n'y a aucune énergie magnétique potentielle dans un aimant
permanent. Pas plus que dans un ressort.
--
Jean Claude Pinoteau
Tiens donc ? Alors B^2/2u0 par unité de volume c'est de la
littérature ? Qu'on ne sache pas puiser dans cette énergie c'est une
chose dire qu'elle n'existe pas s'en est une autre...
L'électricité et magnétisme ne sont donc pas une seule et même chose
? En électricité on a pourtant (1/2).LI^2 mais les aimants permanent
eux ne stockeraient pas de l'énergie ? Pour désaimanter un aiment ne
doit on pas lui fournir de l'énergie thermique ceci ne prouve-t-il
pas qu'il y a une énergie magnétique de cohésion interne ?
Où voyez vous de l'énergie potentielle ? Dans un aimant permanent,
il y a un état stable, ce qui le distingue d'un champ
électromagnétique obtenu par circulation d'un courant dans une
bobine. Et s'il y en avait, elle ne serait pas inépuisable, ce qui
ne présente donc strictement aucun intérêt puisque, une fois
épuisée, il faudrait jeter l'aimant, le recycler. Le drame, c'est
lorsque certains considèrent que l'aimant contiendrait de l'énergie
et qu'elle serait inépuisable, que l'aimant garderait ses propriétés
malgré un prélèvement. La chaleur change tout aussi bien les propriétés
d'un ressort, ce
qui ne prouve pas qu'il contienne de l'énergie potentielle.
--
Jean Claude Pinoteau
Néanmoins en présence d'un champ magnétique B, il y a une densité
d'énergie B^2/2uo ainsi le champ magnétique de la Terre qui s'étend
théoriquement dans tout le système solaire représente un stock
d'énergie dans lequel il pourrait être envisageable de puiser comme
ce champ résulte d'un noyau dynamique, je doute que l'on puisse alors
faire disparaitre à court terme le champ magnétique terrestre...
...
C'est bien de douter... Mais ceci ne change pas la question initiale.
S'il a bien fallu utiliser de l'énergie pour aimanter un matériau
approprié, l'énergie qu'il conserve est ridicule et elle n'est pas
récupérable telle une énergie potentielle stricto sensu.
Les aimants les plus performants actuels renferment à peu près 300 kJ/m3,
soit 83 Wh. Même si vous pouviez récupérer ça, à partir d'un cube de 1 m3
soit 8 tonnes, est ce que cela a un sens ?
Alors que si vous récupérez l'énergie correspondant à 1° C d'un m3 d'eau,
vous disposez de 4 200 kJ pour 1 tonne
Cessez de rêver aux aimants.
--
Jean Claude Pinoteau
Le problème c'est que vous avez l'air de croire qu'un aimant c'est quelque
chose de bien défini...Il faut se rappeler que son aimantation résulte de
l'interaction d'une énorme quantité d'électrons or un électron c'est un
objet dynamique toujours en mouvement et en interaction constante...C'est
comme si vous disiez si on fait tomber un électron d'une orbite atomique
vers son noyau on récupère l'énergie de sa chute et c'est tout or la
mécanique quantique l'interdit...Je crois que raisonner d'un point de vu
purement mécanique en invoquant l'énergie cinétique et l'énergie potentielle
ne convient pas pour le magnétisme.... Il est possible que si l'on puise
modestement de l'énergie dans un aimant permanent celui-ci perd
effectivement de l'aimantation localement mais que pour des raisons liées à
la MQ, il se réorganise et que les zones perturbées finissent par se
réaligner et retrouver leur état initial en puisant de l'énergie soit dans
l'environnement soit dans le structure atomique et électronique de
celui-ci....


MA
Nietsnie
2010-02-07 15:27:37 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
...
Post by Michel Actis
Néanmoins en présence d'un champ magnétique B, il y a une densité
d'énergie B^2/2uo ainsi le champ magnétique de la Terre qui s'étend
théoriquement dans tout le système solaire représente un stock
d'énergie dans lequel il pourrait être envisageable de puiser comme
ce champ résulte d'un noyau dynamique, je doute que l'on puisse
alors faire disparaitre à court terme le champ magnétique
terrestre... ...
C'est bien de douter... Mais ceci ne change pas la question initiale.
S'il a bien fallu utiliser de l'énergie pour aimanter un matériau
approprié, l'énergie qu'il conserve est ridicule et elle n'est pas
récupérable telle une énergie potentielle stricto sensu.
Les aimants les plus performants actuels renferment à peu près 300
kJ/m3, soit 83 Wh. Même si vous pouviez récupérer ça, à partir d'un
cube de 1 m3 soit 8 tonnes, est ce que cela a un sens ?
Alors que si vous récupérez l'énergie correspondant à 1° C d'un m3
d'eau, vous disposez de 4 200 kJ pour 1 tonne
Cessez de rêver aux aimants.
Le problème c'est que vous avez l'air de croire qu'un aimant c'est
quelque chose de bien défini...Il faut se rappeler que son
aimantation résulte de l'interaction d'une énorme quantité
d'électrons or un électron c'est un objet dynamique toujours en
mouvement et en interaction constante...C'est comme si vous disiez si
on fait tomber un électron d'une orbite atomique vers son noyau on
récupère l'énergie de sa chute et c'est tout or la mécanique
quantique l'interdit...Je crois que raisonner d'un point de vu
purement mécanique en invoquant l'énergie cinétique et l'énergie
potentielle ne convient pas pour le magnétisme.... Il est possible
que si l'on puise modestement de l'énergie dans un aimant permanent
celui-ci perd effectivement de l'aimantation localement mais que pour
des raisons liées à la MQ, il se réorganise et que les zones
perturbées finissent par se réaligner et retrouver leur état initial
en puisant de l'énergie soit dans l'environnement soit dans le
structure atomique et électronique de celui-ci....
Je vois que vous préférez les contes de fées aux réalités.
Tirer environ 10 Wh d'une tonne de métal, une seule fois, et avec
difficulté, et vous, ça vous fait rêver...
Et même si, par je ne sais quel phénomène magique, les 10 Wh se
renouvelaient, tu parles d'une source d'énergie pratique.... Pour trouver de
l'énergie pour alimenter rien qu'une maison, avec le rendement, il faudrait
par exemple un aimant pesant dans les 1000 tonnes...
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-07 19:20:43 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
...
Post by Michel Actis
Néanmoins en présence d'un champ magnétique B, il y a une densité
d'énergie B^2/2uo ainsi le champ magnétique de la Terre qui s'étend
théoriquement dans tout le système solaire représente un stock
d'énergie dans lequel il pourrait être envisageable de puiser comme
ce champ résulte d'un noyau dynamique, je doute que l'on puisse
alors faire disparaitre à court terme le champ magnétique
terrestre... ...
C'est bien de douter... Mais ceci ne change pas la question initiale.
S'il a bien fallu utiliser de l'énergie pour aimanter un matériau
approprié, l'énergie qu'il conserve est ridicule et elle n'est pas
récupérable telle une énergie potentielle stricto sensu.
Les aimants les plus performants actuels renferment à peu près 300
kJ/m3, soit 83 Wh. Même si vous pouviez récupérer ça, à partir d'un
cube de 1 m3 soit 8 tonnes, est ce que cela a un sens ?
Alors que si vous récupérez l'énergie correspondant à 1° C d'un m3
d'eau, vous disposez de 4 200 kJ pour 1 tonne
Cessez de rêver aux aimants.
Le problème c'est que vous avez l'air de croire qu'un aimant c'est
quelque chose de bien défini...Il faut se rappeler que son
aimantation résulte de l'interaction d'une énorme quantité
d'électrons or un électron c'est un objet dynamique toujours en
mouvement et en interaction constante...C'est comme si vous disiez si
on fait tomber un électron d'une orbite atomique vers son noyau on
récupère l'énergie de sa chute et c'est tout or la mécanique
quantique l'interdit...Je crois que raisonner d'un point de vu
purement mécanique en invoquant l'énergie cinétique et l'énergie
potentielle ne convient pas pour le magnétisme.... Il est possible
que si l'on puise modestement de l'énergie dans un aimant permanent
celui-ci perd effectivement de l'aimantation localement mais que pour
des raisons liées à la MQ, il se réorganise et que les zones
perturbées finissent par se réaligner et retrouver leur état initial
en puisant de l'énergie soit dans l'environnement soit dans le
structure atomique et électronique de celui-ci....
Je vois que vous préférez les contes de fées aux réalités.
Tirer environ 10 Wh d'une tonne de métal, une seule fois, et avec
difficulté, et vous, ça vous fait rêver...
Et même si, par je ne sais quel phénomène magique, les 10 Wh se
renouvelaient, tu parles d'une source d'énergie pratique.... Pour trouver
de l'énergie pour alimenter rien qu'une maison, avec le rendement, il
faudrait par exemple un aimant pesant dans les 1000 tonnes...
--
Jean Claude Pinoteau
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je connais un
aimant massif qui s'appelle la Terre...


MA
Nietsnie
2010-02-08 10:07:19 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
...
Post by Michel Actis
Néanmoins en présence d'un champ magnétique B, il y a une densité
d'énergie B^2/2uo ainsi le champ magnétique de la Terre qui
s'étend théoriquement dans tout le système solaire représente un
stock d'énergie dans lequel il pourrait être envisageable de
puiser comme ce champ résulte d'un noyau dynamique, je doute que
l'on puisse alors faire disparaitre à court terme le champ
magnétique terrestre... ...
C'est bien de douter... Mais ceci ne change pas la question
initiale. S'il a bien fallu utiliser de l'énergie pour aimanter un
matériau
approprié, l'énergie qu'il conserve est ridicule et elle n'est pas
récupérable telle une énergie potentielle stricto sensu.
Les aimants les plus performants actuels renferment à peu près 300
kJ/m3, soit 83 Wh. Même si vous pouviez récupérer ça, à partir d'un
cube de 1 m3 soit 8 tonnes, est ce que cela a un sens ?
Alors que si vous récupérez l'énergie correspondant à 1° C d'un m3
d'eau, vous disposez de 4 200 kJ pour 1 tonne
Cessez de rêver aux aimants.
Le problème c'est que vous avez l'air de croire qu'un aimant c'est
quelque chose de bien défini...Il faut se rappeler que son
aimantation résulte de l'interaction d'une énorme quantité
d'électrons or un électron c'est un objet dynamique toujours en
mouvement et en interaction constante...C'est comme si vous disiez
si on fait tomber un électron d'une orbite atomique vers son noyau
on récupère l'énergie de sa chute et c'est tout or la mécanique
quantique l'interdit...Je crois que raisonner d'un point de vu
purement mécanique en invoquant l'énergie cinétique et l'énergie
potentielle ne convient pas pour le magnétisme.... Il est possible
que si l'on puise modestement de l'énergie dans un aimant permanent
celui-ci perd effectivement de l'aimantation localement mais que
pour des raisons liées à la MQ, il se réorganise et que les zones
perturbées finissent par se réaligner et retrouver leur état initial
en puisant de l'énergie soit dans l'environnement soit dans le
structure atomique et électronique de celui-ci....
Je vois que vous préférez les contes de fées aux réalités.
Tirer environ 10 Wh d'une tonne de métal, une seule fois, et avec
difficulté, et vous, ça vous fait rêver...
Et même si, par je ne sais quel phénomène magique, les 10 Wh se
renouvelaient, tu parles d'une source d'énergie pratique.... Pour
trouver de l'énergie pour alimenter rien qu'une maison, avec le
rendement, il faudrait par exemple un aimant pesant dans les 1000
tonnes... ..
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je connais un
aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de terre ? Ca va
pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-08 13:22:05 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je connais un
aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de terre ? Ca va
pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite peut
balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale est grande...



MA
Nietsnie
2010-02-08 14:41:18 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je connais
un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de terre ?
Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite peut
balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale est
grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie récupérable à partir
du champ magnétique terrestre ? Même des ordres de grandeur.

Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut tirer plus d'énergie thermique
de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite ?
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-08 18:39:15 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je connais
un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de terre ?
Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite peut
balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale est
grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie récupérable à
partir du champ magnétique terrestre ? Même des ordres de grandeur.
Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut tirer plus d'énergie thermique
de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite ?
--
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je citerais
d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite autour de la Terre ce
qui compterait ce serait le volume balayé par unité de temps puisque chaque
unité de volume contient B^2/2uo Joules...


MA
Nietsnie
2010-02-09 08:54:15 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je
connais un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de terre ?
Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite
peut balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale est
grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie récupérable à
partir du champ magnétique terrestre ? Même des ordres de grandeur.
Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut tirer plus d'énergie
thermique de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite ?
--
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je
citerais d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite autour
de la Terre ce qui compterait ce serait le volume balayé par unité de
temps puisque chaque unité de volume contient B^2/2uo Joules...
...
Vous êtes obsédé, fasciné par les aimants, alors qu'ils ne contiennent pas
d'énergie ou presque. C'est un comportement irrationnel qu'on retrouve chez
certains, sans doute marqués par quelques expériences basiques qui les
laissent pantois.

Dans une tonne de matière ou dans un volume de 1 m3, il n'y a pratiquement
rien à tirer d'énergie potentielle magnétique. L'énergie est ailleurs.
Dans l'atmosphère il y a des calories pour 270 à 300°, mais, voyez la
difficulté qu'on a à pour en récupérer 10 à 20%
Dans la matière, il y a environ 50% d'électrons. C'est là qu'on peut trouver
de l'électricité. Surtout que si on la puise, elle y retourne fissa puisque
c'est un circuit fermé. C'est d'ailleurs ce que fait sans doute en partie le
moteur SEG de Searl. Le magnétisme ne sert dans ce cas que d'intermédiaire,
de catalyseur, mais pas de source d'énergie.
Et, avec sa soucoupe volante, Searl fait la même chose dans l'espace.

De toute façon, votre théorie sur la possibilité de capter plus d'énergie en
balayant d'espace ne tient pas : si on pouvait extraire cette énergie d'un
volume de l'espace, il serait aussitôt reconstitué puisque les champs
magnétiques sont des lignes de forces continues, pas des particules. Il n'y
a pas besoin de se déplacer.
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-09 11:02:05 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je
connais un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de terre ?
Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite
peut balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale est
grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie récupérable à
partir du champ magnétique terrestre ? Même des ordres de grandeur.
Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut tirer plus d'énergie
thermique de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite ?
--
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je
citerais d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite autour
de la Terre ce qui compterait ce serait le volume balayé par unité de
temps puisque chaque unité de volume contient B^2/2uo Joules...
...
Vous êtes obsédé, fasciné par les aimants, alors qu'ils ne contiennent pas
d'énergie ou presque. C'est un comportement irrationnel qu'on retrouve
chez certains, sans doute marqués par quelques expériences basiques qui
les laissent pantois.
Dans une tonne de matière ou dans un volume de 1 m3, il n'y a pratiquement
rien à tirer d'énergie potentielle magnétique. L'énergie est ailleurs.
Dans l'atmosphère il y a des calories pour 270 à 300°, mais, voyez la
difficulté qu'on a à pour en récupérer 10 à 20%
Dans la matière, il y a environ 50% d'électrons. C'est là qu'on peut
trouver de l'électricité. Surtout que si on la puise, elle y retourne
fissa puisque c'est un circuit fermé. C'est d'ailleurs ce que fait sans
doute en partie le moteur SEG de Searl. Le magnétisme ne sert dans ce cas
que d'intermédiaire, de catalyseur, mais pas de source d'énergie.
Et, avec sa soucoupe volante, Searl fait la même chose dans l'espace.
De toute façon, votre théorie sur la possibilité de capter plus d'énergie
en balayant d'espace ne tient pas : si on pouvait extraire cette énergie
d'un volume de l'espace, il serait aussitôt reconstitué puisque les champs
magnétiques sont des lignes de forces continues, pas des particules. Il
n'y a pas besoin de se déplacer.
--
Jean Claude Pinoteau
Si je vous résume on ne peut pas capter les B^2/2u0 Joules par unité de
volume résultant d'un aimant permanent ou du champ magnétique terrestre...
Pouvez-vous expliquer pourquoi ?


MA
Nietsnie
2010-02-09 12:40:18 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je
connais un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de
terre ? Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite
peut balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale
est grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie récupérable
à partir du champ magnétique terrestre ? Même des ordres de
grandeur. Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut tirer plus
d'énergie
thermique de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite ?
--
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je
citerais d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite autour
de la Terre ce qui compterait ce serait le volume balayé par unité
de temps puisque chaque unité de volume contient B^2/2uo Joules...
...
Vous êtes obsédé, fasciné par les aimants, alors qu'ils ne
contiennent pas d'énergie ou presque. C'est un comportement
irrationnel qu'on retrouve chez certains, sans doute marqués par
quelques expériences basiques qui les laissent pantois.
Dans une tonne de matière ou dans un volume de 1 m3, il n'y a
pratiquement rien à tirer d'énergie potentielle magnétique.
L'énergie est ailleurs. Dans l'atmosphère il y a des calories pour
270 à 300°, mais, voyez la difficulté qu'on a à pour en récupérer 10
à 20% Dans la matière, il y a environ 50% d'électrons. C'est là qu'on
peut
trouver de l'électricité. Surtout que si on la puise, elle y retourne
fissa puisque c'est un circuit fermé. C'est d'ailleurs ce que fait
sans doute en partie le moteur SEG de Searl. Le magnétisme ne sert
dans ce cas que d'intermédiaire, de catalyseur, mais pas de source
d'énergie. Et, avec sa soucoupe volante, Searl fait la même chose dans
l'espace.
De toute façon, votre théorie sur la possibilité de capter plus
d'énergie en balayant d'espace ne tient pas : si on pouvait extraire
cette énergie d'un volume de l'espace, il serait aussitôt
reconstitué puisque les champs magnétiques sont des lignes de forces
continues, pas des particules. Il n'y a pas besoin de se déplacer.
...
Si je vous résume on ne peut pas capter les B^2/2u0 Joules par unité
de volume résultant d'un aimant permanent ou du champ magnétique
terrestre... Pouvez-vous expliquer pourquoi ?
...
Je ne connais pas de moyen de récupérer cette énergie. Si quelqu'un sait,
qu'il explique.

Et en plus, le champ magnétique terrestre est si faible, dans des volumes de
piètre propriétés magnétiques, qu'essayer de le récupérer est un non-sens,
d'une rentabilité strictement sans intérêt, vu la notion d'échelles. Est ce
que vous ne voudriez pas aussi récupérer le rayonnement fossile de l'Univers
pendant que vous y êtes ? Parce que l'Univers est si grand, ça en fait de
l'énergie...
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-09 11:15:43 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je
connais un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de terre ?
Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite
peut balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale est
grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie récupérable à
partir du champ magnétique terrestre ? Même des ordres de grandeur.
Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut tirer plus d'énergie
thermique de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite ?
--
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je
citerais d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite autour
de la Terre ce qui compterait ce serait le volume balayé par unité de
temps puisque chaque unité de volume contient B^2/2uo Joules...
...
Vous êtes obsédé, fasciné par les aimants, alors qu'ils ne contiennent pas
d'énergie ou presque. C'est un comportement irrationnel qu'on retrouve
chez certains, sans doute marqués par quelques expériences basiques qui
les laissent pantois.
Dans une tonne de matière ou dans un volume de 1 m3, il n'y a pratiquement
rien à tirer d'énergie potentielle magnétique. L'énergie est ailleurs.
Dans l'atmosphère il y a des calories pour 270 à 300°, mais, voyez la
difficulté qu'on a à pour en récupérer 10 à 20%
Dans la matière, il y a environ 50% d'électrons. C'est là qu'on peut
trouver de l'électricité. Surtout que si on la puise, elle y retourne
fissa puisque c'est un circuit fermé. C'est d'ailleurs ce que fait sans
doute en partie le moteur SEG de Searl. Le magnétisme ne sert dans ce cas
que d'intermédiaire, de catalyseur, mais pas de source d'énergie.
Et, avec sa soucoupe volante, Searl fait la même chose dans l'espace.
De toute façon, votre théorie sur la possibilité de capter plus d'énergie
en balayant d'espace ne tient pas : si on pouvait extraire cette énergie
d'un volume de l'espace, il serait aussitôt reconstitué puisque les champs
magnétiques sont des lignes de forces continues, pas des particules. Il
n'y a pas besoin de se déplacer.
--
Jean Claude Pinoteau
Pour mémoire un champ de un Tesla correspond à une densité d'énergie de 400
KJ/m^3 selon la relation B^2/2uo...


MA
Nietsnie
2010-02-09 12:33:33 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je
connais un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de
terre ? Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite
peut balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale
est grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie récupérable
à partir du champ magnétique terrestre ? Même des ordres de
grandeur. Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut tirer plus
d'énergie
thermique de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite ?
--
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je
citerais d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite autour
de la Terre ce qui compterait ce serait le volume balayé par unité
de temps puisque chaque unité de volume contient B^2/2uo Joules...
...
Vous êtes obsédé, fasciné par les aimants, alors qu'ils ne
contiennent pas d'énergie ou presque. C'est un comportement
irrationnel qu'on retrouve chez certains, sans doute marqués par
quelques expériences basiques qui les laissent pantois.
Dans une tonne de matière ou dans un volume de 1 m3, il n'y a
pratiquement rien à tirer d'énergie potentielle magnétique.
L'énergie est ailleurs. Dans l'atmosphère il y a des calories pour
270 à 300°, mais, voyez la difficulté qu'on a à pour en récupérer 10
à 20% Dans la matière, il y a environ 50% d'électrons. C'est là qu'on
peut
trouver de l'électricité. Surtout que si on la puise, elle y retourne
fissa puisque c'est un circuit fermé. C'est d'ailleurs ce que fait
sans doute en partie le moteur SEG de Searl. Le magnétisme ne sert
dans ce cas que d'intermédiaire, de catalyseur, mais pas de source
d'énergie. Et, avec sa soucoupe volante, Searl fait la même chose dans
l'espace.
De toute façon, votre théorie sur la possibilité de capter plus
d'énergie en balayant d'espace ne tient pas : si on pouvait extraire
cette énergie d'un volume de l'espace, il serait aussitôt
reconstitué puisque les champs magnétiques sont des lignes de forces
continues, pas des particules. Il n'y a pas besoin de se déplacer.
--
Jean Claude Pinoteau
Pour mémoire un champ de un Tesla correspond à une densité d'énergie
de 400 KJ/m^3 selon la relation B^2/2uo...
...
Oui, ça c'est dans un bon aimant. Et je vous ai déjà écrit ici que dans ces
conditions, il n'y a qu'environ 10Wh potentiels dans un aimant d'une tonne.
Qu'est ce que vous voulez faire avec ça, d'autant qu'on ne sait même pas en
tirer 1/10e ?
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-09 15:26:41 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je
connais un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de
terre ? Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite
peut balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale
est grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie récupérable
à partir du champ magnétique terrestre ? Même des ordres de
grandeur. Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut tirer plus
d'énergie
thermique de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite ?
--
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je
citerais d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite autour
de la Terre ce qui compterait ce serait le volume balayé par unité
de temps puisque chaque unité de volume contient B^2/2uo Joules...
...
Vous êtes obsédé, fasciné par les aimants, alors qu'ils ne
contiennent pas d'énergie ou presque. C'est un comportement
irrationnel qu'on retrouve chez certains, sans doute marqués par
quelques expériences basiques qui les laissent pantois.
Dans une tonne de matière ou dans un volume de 1 m3, il n'y a
pratiquement rien à tirer d'énergie potentielle magnétique.
L'énergie est ailleurs. Dans l'atmosphère il y a des calories pour
270 à 300°, mais, voyez la difficulté qu'on a à pour en récupérer 10
à 20% Dans la matière, il y a environ 50% d'électrons. C'est là qu'on
peut
trouver de l'électricité. Surtout que si on la puise, elle y retourne
fissa puisque c'est un circuit fermé. C'est d'ailleurs ce que fait
sans doute en partie le moteur SEG de Searl. Le magnétisme ne sert
dans ce cas que d'intermédiaire, de catalyseur, mais pas de source
d'énergie. Et, avec sa soucoupe volante, Searl fait la même chose dans
l'espace.
De toute façon, votre théorie sur la possibilité de capter plus
d'énergie en balayant d'espace ne tient pas : si on pouvait extraire
cette énergie d'un volume de l'espace, il serait aussitôt
reconstitué puisque les champs magnétiques sont des lignes de forces
continues, pas des particules. Il n'y a pas besoin de se déplacer.
--
Jean Claude Pinoteau
Pour mémoire un champ de un Tesla correspond à une densité d'énergie
de 400 KJ/m^3 selon la relation B^2/2uo...
...
Oui, ça c'est dans un bon aimant. Et je vous ai déjà écrit ici que dans
ces conditions, il n'y a qu'environ 10Wh potentiels dans un aimant d'une
tonne. Qu'est ce que vous voulez faire avec ça, d'autant qu'on ne sait
même pas en tirer 1/10e ?
--
Jean Claude Pinoteau
Avec les néodymes on peut fabriquer des aimants puissants pour un poids et
un encombrement très modeste..

Une personne réagit en privé :

Salut Michel,

On peut très bien capter des quantités considérables d'énergie en
déroulant simplement un câble conducteur à partir d'un satellite.
Cette expérience a par exemple été réalisée le 25 février 1996
lorsqu'une navette spatiale a déroulé un câble de 20 km de long... qui
a fini par fondre à cause du courant électrique généré!

http://www-istp.gsfc.nasa.gov/earthmag/wtether.htm

Depuis, plusieures autres expériences de ce genre ont été effectuées
ou sont en cours de réalisation (taper "Space Tether Experiment" dans
Google), ou voir par exemple pour le principe:

http://en.wikipedia.org/wiki/Electrodynamic_tether#Tethers_as_generators


MA
LeLapin
2010-02-09 17:55:30 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je
connais un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de
terre ? Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite
peut balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale
est grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie récupérable
à partir du champ magnétique terrestre ? Même des ordres de
grandeur. Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut tirer plus
d'énergie
thermique de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite ?
--
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je
citerais d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite autour
de la Terre ce qui compterait ce serait le volume balayé par unité
de temps puisque chaque unité de volume contient B^2/2uo Joules...
...
Vous êtes obsédé, fasciné par les aimants, alors qu'ils ne
contiennent pas d'énergie ou presque. C'est un comportement
irrationnel qu'on retrouve chez certains, sans doute marqués par
quelques expériences basiques qui les laissent pantois.
Dans une tonne de matière ou dans un volume de 1 m3, il n'y a
pratiquement rien à tirer d'énergie potentielle magnétique.
L'énergie est ailleurs. Dans l'atmosphère il y a des calories pour
270 à 300°, mais, voyez la difficulté qu'on a à pour en récupérer 10
à 20% Dans la matière, il y a environ 50% d'électrons. C'est là qu'on
peut
trouver de l'électricité. Surtout que si on la puise, elle y retourne
fissa puisque c'est un circuit fermé. C'est d'ailleurs ce que fait
sans doute en partie le moteur SEG de Searl. Le magnétisme ne sert
dans ce cas que d'intermédiaire, de catalyseur, mais pas de source
d'énergie. Et, avec sa soucoupe volante, Searl fait la même chose dans
l'espace.
De toute façon, votre théorie sur la possibilité de capter plus
d'énergie en balayant d'espace ne tient pas : si on pouvait extraire
cette énergie d'un volume de l'espace, il serait aussitôt
reconstitué puisque les champs magnétiques sont des lignes de forces
continues, pas des particules. Il n'y a pas besoin de se déplacer.
--
Jean Claude Pinoteau
Pour mémoire un champ de un Tesla correspond à une densité d'énergie
de 400 KJ/m^3 selon la relation B^2/2uo...
...
Oui, ça c'est dans un bon aimant. Et je vous ai déjà écrit ici que dans
ces conditions, il n'y a qu'environ 10Wh potentiels dans un aimant d'une
tonne. Qu'est ce que vous voulez faire avec ça, d'autant qu'on ne sait
même pas en tirer 1/10e ?
-- Jean Claude Pinoteau
Avec les néodymes on peut fabriquer des aimants puissants pour un poids et
un encombrement très modeste..
Salut Michel,
On peut très bien capter des quantités considérables d'énergie en
déroulant simplement un câble conducteur à partir d'un satellite.
Cette expérience a par exemple été réalisée le 25 février 1996
lorsqu'une navette spatiale a déroulé un câble de 20 km de long... qui
a fini par fondre à cause du courant électrique généré!
http://www-istp.gsfc.nasa.gov/earthmag/wtether.htm
Depuis, plusieures autres expériences de ce genre ont été effectuées
ou sont en cours de réalisation (taper "Space Tether Experiment" dans
http://en.wikipedia.org/wiki/Electrodynamic_tether#Tethers_as_generators
Et puis tu sais, dans le même genre, si tu mets une turbine en aval
d'une retenue d'eau, tu peux fournir de l'énergie ! Epatant, non ?
--
LeLapin
Nietsnie
2010-02-09 21:44:38 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je
connais un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de
terre ? Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite
peut balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale
est grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie
récupérable à partir du champ magnétique terrestre ? Même des
ordres de grandeur. Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut
tirer plus d'énergie
thermique de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite
? --
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je
citerais d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite
autour de la Terre ce qui compterait ce serait le volume balayé
par unité de temps puisque chaque unité de volume contient
B^2/2uo Joules... ...
Vous êtes obsédé, fasciné par les aimants, alors qu'ils ne
contiennent pas d'énergie ou presque. C'est un comportement
irrationnel qu'on retrouve chez certains, sans doute marqués par
quelques expériences basiques qui les laissent pantois.
Dans une tonne de matière ou dans un volume de 1 m3, il n'y a
pratiquement rien à tirer d'énergie potentielle magnétique.
L'énergie est ailleurs. Dans l'atmosphère il y a des calories pour
270 à 300°, mais, voyez la difficulté qu'on a à pour en récupérer
10 à 20% Dans la matière, il y a environ 50% d'électrons. C'est là
qu'on peut
trouver de l'électricité. Surtout que si on la puise, elle y
retourne fissa puisque c'est un circuit fermé. C'est d'ailleurs ce
que fait sans doute en partie le moteur SEG de Searl. Le
magnétisme ne sert dans ce cas que d'intermédiaire, de catalyseur,
mais pas de source d'énergie. Et, avec sa soucoupe volante, Searl
fait la même chose dans l'espace.
De toute façon, votre théorie sur la possibilité de capter plus
d'énergie en balayant d'espace ne tient pas : si on pouvait
extraire cette énergie d'un volume de l'espace, il serait aussitôt
reconstitué puisque les champs magnétiques sont des lignes de
forces continues, pas des particules. Il n'y a pas besoin de se
déplacer. --
Jean Claude Pinoteau
Pour mémoire un champ de un Tesla correspond à une densité d'énergie
de 400 KJ/m^3 selon la relation B^2/2uo...
...
Oui, ça c'est dans un bon aimant. Et je vous ai déjà écrit ici que
dans ces conditions, il n'y a qu'environ 10Wh potentiels dans un
aimant d'une tonne. Qu'est ce que vous voulez faire avec ça,
d'autant qu'on ne sait même pas en tirer 1/10e ?
--
Jean Claude Pinoteau
Avec les néodymes on peut fabriquer des aimants puissants pour un
poids et un encombrement très modeste..
Si l'encombrement est modeste, le nombre de m3 aussi, par conséquent,
néodyme ou pas les kJ par m3 c'est peanuts. Faut pas confondre la force
d'attraction d'un aimant et l'énergie - si on peut appeler ça ainsi
tellement c'est petit - qu'il contient.
Et en plus, vous avez du mal à fabriquer cet aimant, puis, vous extrayez le
peu d'énergie qu'il contient (à condition qu'on trouve comment faire), puis
vous le jetez... Vous trouvez ça malin ?
Post by Michel Actis
Salut Michel,
On peut très bien capter des quantités considérables d'énergie en
déroulant simplement un câble conducteur à partir d'un satellite.
Cette expérience a par exemple été réalisée le 25 février 1996
lorsqu'une navette spatiale a déroulé un câble de 20 km de long... qui
a fini par fondre à cause du courant électrique généré!
...
C'est bien gentil, mais où voyez vous qu'ils extraient de l'énergie d'un
aimant ? Vous avez un conducteur qui se déplace dans un champ magnétique
(qui n'est pas vraiment terrestre mais solaire) et vous vous étonnez que ça
produise de l'électricité ?

Et je fais comment pour éclairer ma maison ou pour alimenter une usine
d'aluminium ?
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-10 08:17:33 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je
connais un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de
terre ? Ca va pas être facile pour en faire des mégawattheure.
--
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un satellite
peut balayer un gros volume d'espace puisque la vitesse orbitale
est grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie
récupérable à partir du champ magnétique terrestre ? Même des
ordres de grandeur. Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut
tirer plus d'énergie
thermique de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus vite
? --
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je
citerais d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite
autour de la Terre ce qui compterait ce serait le volume balayé
par unité de temps puisque chaque unité de volume contient
B^2/2uo Joules... ...
Vous êtes obsédé, fasciné par les aimants, alors qu'ils ne
contiennent pas d'énergie ou presque. C'est un comportement
irrationnel qu'on retrouve chez certains, sans doute marqués par
quelques expériences basiques qui les laissent pantois.
Dans une tonne de matière ou dans un volume de 1 m3, il n'y a
pratiquement rien à tirer d'énergie potentielle magnétique.
L'énergie est ailleurs. Dans l'atmosphère il y a des calories pour
270 à 300°, mais, voyez la difficulté qu'on a à pour en récupérer
10 à 20% Dans la matière, il y a environ 50% d'électrons. C'est là
qu'on peut
trouver de l'électricité. Surtout que si on la puise, elle y
retourne fissa puisque c'est un circuit fermé. C'est d'ailleurs ce
que fait sans doute en partie le moteur SEG de Searl. Le
magnétisme ne sert dans ce cas que d'intermédiaire, de catalyseur,
mais pas de source d'énergie. Et, avec sa soucoupe volante, Searl
fait la même chose dans l'espace.
De toute façon, votre théorie sur la possibilité de capter plus
d'énergie en balayant d'espace ne tient pas : si on pouvait
extraire cette énergie d'un volume de l'espace, il serait aussitôt
reconstitué puisque les champs magnétiques sont des lignes de
forces continues, pas des particules. Il n'y a pas besoin de se
déplacer. --
Jean Claude Pinoteau
Pour mémoire un champ de un Tesla correspond à une densité d'énergie
de 400 KJ/m^3 selon la relation B^2/2uo...
...
Oui, ça c'est dans un bon aimant. Et je vous ai déjà écrit ici que
dans ces conditions, il n'y a qu'environ 10Wh potentiels dans un
aimant d'une tonne. Qu'est ce que vous voulez faire avec ça,
d'autant qu'on ne sait même pas en tirer 1/10e ?
--
Jean Claude Pinoteau
Avec les néodymes on peut fabriquer des aimants puissants pour un
poids et un encombrement très modeste..
Si l'encombrement est modeste, le nombre de m3 aussi, par conséquent,
néodyme ou pas les kJ par m3 c'est peanuts. Faut pas confondre la force
d'attraction d'un aimant et l'énergie - si on peut appeler ça ainsi
tellement c'est petit - qu'il contient.
Et en plus, vous avez du mal à fabriquer cet aimant, puis, vous extrayez
le peu d'énergie qu'il contient (à condition qu'on trouve comment faire),
puis vous le jetez... Vous trouvez ça malin ?
Post by Michel Actis
Salut Michel,
On peut très bien capter des quantités considérables d'énergie en
déroulant simplement un câble conducteur à partir d'un satellite.
Cette expérience a par exemple été réalisée le 25 février 1996
lorsqu'une navette spatiale a déroulé un câble de 20 km de long... qui
a fini par fondre à cause du courant électrique généré!
...
C'est bien gentil, mais où voyez vous qu'ils extraient de l'énergie d'un
aimant ? Vous avez un conducteur qui se déplace dans un champ magnétique
(qui n'est pas vraiment terrestre mais solaire) et vous vous étonnez que
ça produise de l'électricité ?
Et je fais comment pour éclairer ma maison ou pour alimenter une usine
d'aluminium ?
--
Jean Claude Pinoteau
Mais un néodyme même petit étend son magnétisme dans un grand volume
d'espace où la formule B^2/2uo s'applique...

Pour le reste, vous avez raison c'est différent mais c'est la réaction d'un
lecteur que j'ai donné à titre informatif...


MA
Nietsnie
2010-02-10 18:34:17 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
En effet mais cela c'est une autre histoire... Cela dit, je
connais un aimant massif qui s'appelle la Terre...
...
Ah ? Combien de picowattheure dans un m2 d'atmosphère ou de
terre ? Ca va pas être facile pour en faire des
mégawattheure. --
Jean Claude Pinoteau
Encore une fois vous raisonnez en petit...En orbite un
satellite peut balayer un gros volume d'espace puisque la
vitesse orbitale est grande... ...
Pourriez vous donner vos chiffres concernant l'énergie
récupérable à partir du champ magnétique terrestre ? Même des
ordres de grandeur. Est ce que vous croyez qu'un hors bord peut
tirer plus d'énergie
thermique de la mer qu'un pétrolier, au motif qu'il va plus
vite ? --
Jean Claude Pinoteau
Vous faites une mauvaise comparaison mais pour vous répondre je
citerais d'hydroptère... Dans le cas d'un satellite en orbite
autour de la Terre ce qui compterait ce serait le volume balayé
par unité de temps puisque chaque unité de volume contient
B^2/2uo Joules... ...
Vous êtes obsédé, fasciné par les aimants, alors qu'ils ne
contiennent pas d'énergie ou presque. C'est un comportement
irrationnel qu'on retrouve chez certains, sans doute marqués par
quelques expériences basiques qui les laissent pantois.
Dans une tonne de matière ou dans un volume de 1 m3, il n'y a
pratiquement rien à tirer d'énergie potentielle magnétique.
L'énergie est ailleurs. Dans l'atmosphère il y a des calories
pour 270 à 300°, mais, voyez la difficulté qu'on a à pour en
récupérer 10 à 20% Dans la matière, il y a environ 50%
d'électrons. C'est là qu'on peut
trouver de l'électricité. Surtout que si on la puise, elle y
retourne fissa puisque c'est un circuit fermé. C'est d'ailleurs
ce que fait sans doute en partie le moteur SEG de Searl. Le
magnétisme ne sert dans ce cas que d'intermédiaire, de
catalyseur, mais pas de source d'énergie. Et, avec sa soucoupe
volante, Searl fait la même chose dans l'espace.
De toute façon, votre théorie sur la possibilité de capter plus
d'énergie en balayant d'espace ne tient pas : si on pouvait
extraire cette énergie d'un volume de l'espace, il serait
aussitôt reconstitué puisque les champs magnétiques sont des
lignes de forces continues, pas des particules. Il n'y a pas
besoin de se déplacer. --
Jean Claude Pinoteau
Pour mémoire un champ de un Tesla correspond à une densité
d'énergie de 400 KJ/m^3 selon la relation B^2/2uo...
...
Oui, ça c'est dans un bon aimant. Et je vous ai déjà écrit ici que
dans ces conditions, il n'y a qu'environ 10Wh potentiels dans un
aimant d'une tonne. Qu'est ce que vous voulez faire avec ça,
d'autant qu'on ne sait même pas en tirer 1/10e ?
--
Jean Claude Pinoteau
Avec les néodymes on peut fabriquer des aimants puissants pour un
poids et un encombrement très modeste..
Si l'encombrement est modeste, le nombre de m3 aussi, par conséquent,
néodyme ou pas les kJ par m3 c'est peanuts. Faut pas confondre la
force d'attraction d'un aimant et l'énergie - si on peut appeler ça
ainsi tellement c'est petit - qu'il contient.
Et en plus, vous avez du mal à fabriquer cet aimant, puis, vous
extrayez le peu d'énergie qu'il contient (à condition qu'on trouve
comment faire), puis vous le jetez... Vous trouvez ça malin ?
Post by Michel Actis
Salut Michel,
On peut très bien capter des quantités considérables d'énergie en
déroulant simplement un câble conducteur à partir d'un satellite.
Cette expérience a par exemple été réalisée le 25 février 1996
lorsqu'une navette spatiale a déroulé un câble de 20 km de long...
qui a fini par fondre à cause du courant électrique généré!
...
C'est bien gentil, mais où voyez vous qu'ils extraient de l'énergie
d'un aimant ? Vous avez un conducteur qui se déplace dans un champ
magnétique (qui n'est pas vraiment terrestre mais solaire) et vous
vous étonnez que ça produise de l'électricité ?
Et je fais comment pour éclairer ma maison ou pour alimenter une
usine d'aluminium ?
--
Jean Claude Pinoteau
Mais un néodyme même petit étend son magnétisme dans un grand volume
d'espace où la formule B^2/2uo s'applique...
...
Grand volume est un peu exagéré. Le volume dans lequel l'intensité est
importante est petit, et plus on s'éloigne, plus le volume est grand mais
l'intensité baisse. Et puis les néodymes ne sont que 4 fois plus puissants
que les ferrites, mais surtout je le répète, ils ne contiennent que 10 Wh
d'énergie par tonne. Même avec les teslas annoncés pour de nouveaux modèles,
on n'aura que 4.5 fois ce qu'on a actuellement.

Ceci dit, cet aspect nous éloigne de la vraie question : par quelle magie
voudriez vous tirer plus d'énergie d'un aimant que celle qui a servi à
l'aimanter ? Et sans compter le bilan énergétique de la fonderie. L'aimant
serait un moyen de stockage d'énergie particulièrement médiocre.

Le SEG de Searl est intéressant en ce sens que d'un coté il produit de
l'électricité et en contrepartie du froid. Ce serait donc une pompe à
chaleur produisant directement de l'électricité, auquel cas on doit parler
de COP et non de rendement, ce qui rend plus crédible de dépasser 1. Et il
n'utilise les aimants que comme moyen d'extraction des électrons, cette
extraction étant balancée par les calories pompés dans l'espace concerné. Le
phénomène n'est pas décrit clairement, mais les mesures et observations
globales sont limpides.
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-11 06:10:07 UTC
Permalink
Ce que vous dites est sensé et prouve que vous essayez d'y
réfléchir...Récemment j'ai écrit plusieurs fois que si rendement
sur-unitaire il y avait, cela ne voulait pas dire que de l'énergie était
crée à part de rien ! C'est souvent un problème de système mal défini
l'énergie est certainement puisée dans le milieu ambiant et l'aimant est
pour l'essentiel un médium...Ce qui m'exaspère ce sont ceux qui refusent
toutes discussions et balayent tout d'un revers de main pétri de leurs
certitudes...Cela prouve une fois encore à quel point le choix de mots et
des apparences c'est à dire la forme est toujours déterminante sur le fond,
en cela la communauté scientifique ne fait pas exception...


MA
François Guillet
2010-02-10 20:30:27 UTC
Permalink
"Michel Actis" <***@club-internet.fr> a �crit dans le message de news: hktq2u$7dp$***@news.le-studio75.com...
...
| Mais un néodyme même petit étend son magnétisme dans un grand volume
| d'espace où la formule B^2/2uo s'applique...
|
| Pour le reste, vous avez raison c'est différent mais c'est la réaction
d'un
| lecteur que j'ai donné à titre informatif...

Le fonctionnement n'est pas clair. Car pour pouvoir récupérer le courant
généré par les électrons mus par la force de Lorentz, il faut pouvoir
boucler le circuit.
Dans un disque de Faraday, c'est facile, tu as le disque mobile (tournant
dans le champ magnétique), lequel est bouclé par un ciruit fixe entre l'axe
et le bord par contacts glissants, le courant peut passer.
Mais dans le cas du fil en orbite, comment boucler le circuit ? Si le
circuit boucleur n'est pas fixe, il n'y aura pas de courant (même chose que
si tu branches un voltmètre entre le bord du disque et l'axe, et que le
voltmètre tourne avec le disque : tension mesurée = 0.

Dans F=q*VxB, V est la vitesse des charges se déplaçant dans le champ B
_relativement_ à l'observateur (et non pas relativement au champ, ce qui ne
voudrait rien dire). Donc depuis le vaisceau spatial, on ne peut pas obtenir
de courant de ce fil.

Le lien que tu as passé a l'air assez délirant. Même s'il y a 3500 volts
entre chaque bout d'un fil de 20 Km, on est loin, très loin, de pouvoir
générer un arc électrique, on se demande d'ailleurs avec quoi, ou entre quoi
et quoi.
Nietsnie
2010-02-10 20:48:52 UTC
Permalink
Post by François Guillet
...
Post by Michel Actis
Mais un néodyme même petit étend son magnétisme dans un grand volume
d'espace où la formule B^2/2uo s'applique...
Pour le reste, vous avez raison c'est différent mais c'est la
réaction d'un lecteur que j'ai donné à titre informatif...
Le fonctionnement n'est pas clair. Car pour pouvoir récupérer le
courant généré par les électrons mus par la force de Lorentz, il faut
pouvoir boucler le circuit.
Dans un disque de Faraday, c'est facile, tu as le disque mobile
(tournant dans le champ magnétique), lequel est bouclé par un ciruit
fixe entre l'axe et le bord par contacts glissants, le courant peut
passer.
Mais dans le cas du fil en orbite, comment boucler le circuit ? Si le
circuit boucleur n'est pas fixe, il n'y aura pas de courant (même
chose que si tu branches un voltmètre entre le bord du disque et
l'axe, et que le voltmètre tourne avec le disque : tension mesurée =
0.
Dans F=q*VxB, V est la vitesse des charges se déplaçant dans le champ
B _relativement_ à l'observateur (et non pas relativement au champ,
ce qui ne voudrait rien dire). Donc depuis le vaisceau spatial, on ne
peut pas obtenir de courant de ce fil.
Le lien que tu as passé a l'air assez délirant. Même s'il y a 3500
volts entre chaque bout d'un fil de 20 Km, on est loin, très loin, de
pouvoir générer un arc électrique, on se demande d'ailleurs avec
quoi, ou entre quoi et quoi.
L'article prétend que le bouclage se fait par la ionosphère, conductrice
bien que faiblement.

Ceci dit, pour une longueur de 20 km, ils n'ont pas du dévider un fil d'une
grosse section. Et puis, ça va être dur d'appliquer ça aux voitures
électriques...
--
Jean Claude Pinoteau
François Guillet
2010-02-10 21:00:15 UTC
Permalink
"Nietsnie" <***@9online.fr> a écrit dans le message de news:
4b731bbf$0$30288$***@news.free.fr...
...
| L'article prétend que le bouclage se fait par la ionosphère, conductrice
| bien que faiblement.

Dans ce cas peu de chance que ça ait un rapport avec la force de Lorentz.
Un "court-circuit" par le fil des charges statiques de l'ionosphère
semblerait alors bien plus probable.

| Ceci dit, pour une longueur de 20 km, ils n'ont pas du dévider un fil
d'une
| grosse section.

Même avec un fil très fin : impossible qu'il y ait un arc sur le principe de
Lorentz, avec un champ de 3500/20000=0,175v/m ! Rien qu'entre les deux
fiches d'une prise secteur, à peu près 3 cm d'espacement, on a plus de
7000V/m.

| Et puis, ça va être dur d'appliquer ça aux voitures
| électriques...

Il suffit de les faire circuler suffisamment haut :-)
Alain Galvez
2010-02-12 18:29:49 UTC
Permalink
Vous avez un conducteur qui se déplace dans un champ magnétique (qui
n'est pas vraiment terrestre mais solaire) et vous vous étonnez que
ça produise de l'électricité ?
Le champ magnétique en question n’a rien de solaire. La plupart des
satellites y compris la navette orbitent en pleine magnétosphère
terrestre, bien en deçà de la magnétopause qui se trouve en moyenne à 10
rayons terrestres lorsqu’elle est la plus proche, à midi. En cas de
forte activité solaire la magnétopause peut occasionnellement se
rapprocher jusqu’à 5 rayons terrestres environ, mais même dans ce cas
les satellites ordinaires restent hors de portée du champ magnétique
solaire (ce qui ne veut pas dire qu’ils ne subissent pas d’effets
indirects).
Et je fais comment pour éclairer ma maison ou pour alimenter une
usine d'aluminium ?
Puisque cette énergie se trouvait initialement dans les moteurs qui ont
propulsé la navette en orbite, le plus simple et économique pour
éclairer votre maison et alimenter votre usine serait de récupérer le
combustible avant que la fusée ne soit tirée et de l'utiliser de façon
plus efficace, par exemple en le brûlant dans une centrale
thermoélectrique ordinaire. En effet, le dispositif en question ne fait
que de transformer un peu de l’énergie cinétique de la navette en
courant électrique...

----------------------
[..]
Post by Nietsnie
Post by François Guillet
Le fonctionnement n'est pas clair. Car pour pouvoir récupérer le
courant généré par les électrons mus par la force de Lorentz, il
faut pouvoir boucler le circuit.
L'article prétend que le bouclage se fait par la ionosphère,
conductrice bien que faiblement.
Dans ce cas peu de chance que ça ait un rapport avec la force de
Lorentz. Un "court-circuit" par le fil des charges statiques de
l'ionosphère semblerait alors bien plus probable.
La force de Lorentz induit bel et bien un courant dans le câble, mais en
effet c’est plutôt un court-circuit qui l’a fait fondre (voir plus bas).
Post by Nietsnie
Ceci dit, pour une longueur de 20 km, ils n'ont pas du dévider un fil
d'une grosse section.
Même avec un fil très fin : impossible qu'il y ait un arc sur le
principe de Lorentz, avec un champ de 3500/20000=0,175v/m ! Rien
qu'entre les deux fiches d'une prise secteur, à peu près 3 cm
d'espacement, on a plus de 7000V/m.
L’explication donnée dans le lien (*) est qu’il y a eu court-circuit à
un endroit précis du câble et qu’un ampère s’est retrouvé à passer à
3500 volts de part et d’autre de l’isolant, ce qui doit bien faire un
espacement d’une fraction de millimètre (vu la longueur du fil et comme
le signale Nietsnie, il ne devait pas être bien gros). En effet,
l’isolant présentait des fractures et n’était pas étanche. Ce manque
d’étanchéité n’aurait dû avoir aucune conséquence s’il ne s’était
combiné à la nature du câble et aux conditions particulières de
l’environnement. Le câble était fait d’un noyau central en nylon, autour
duquel venait un manchon conducteur suivi d’une fine couche de téflon et
finalement de la couche isolante. Chose imprévue lors de l’expérience:
le noyau en nylon, qui n’avait pas été produit sous vide ni dégazé,
contenait des microbulles d’air. Dans la basse pression de l’espace cet
air a été libéré puis s’est échappé par les fractures de l’isolant. Une
fois à l’extérieur et à proximité de la navette cet air s’est ionisé
puis le plasma résultant à fait office de conducteur reliant le câble à
la carlingue, conduisant le courant vers la ionosphère. A l’endroit du
trou dans l’isolant, point le plus faible du circuit résultant, ceci a
causé un arc de 3,5 kW qui a chauffé et fondu les composants du câble.

Le principe du câble traînant n’a pas vraiment d’utilité pour générer de
l’électricité en orbite (ou alors peut-être seulement en tant que
système de secours), vu que l’énergie est soutirée de l’énergie
cinétique de l’engin qui tire le câble, qui à son tour provient
initialement de la combustion dans les moteurs. Consommer cette énergie
aura donc tendance à faire tomber le satellite. Cependant cette force
électromagnétique peut être mise à profit pour accélérer les satellites,
soit en freinant leur vitesse orbitale en consommant le courant produit,
soit en l’augmentant en fournissant un courant au câble. Ceci pourrait
par exemple servir dans le cadre de la station internationale qui doit
régulièrement être "remontée" à cause de sa constante perte de vitesse
due au frottement avec ce qu’il reste d’atmosphère: de l’électricité
générée par des panneaux solaires pourrait alimenter un long câble
tracteur, épargnant ainsi le besoin actuel de brûler régulièrement de
lourds et précieux combustibles et comburants liquides
non-renouvelables. Mais tout cela n’est pour l’instant que de la science
fiction...

(*) http://www-istp.gsfc.nasa.gov/earthmag/wtether.htm
Nietsnie
2010-02-12 22:36:47 UTC
Permalink
Vous avez un conducteur qui se déplace dans un champ magnétique (qui
n'est pas vraiment terrestre mais solaire) et vous vous étonnez que
ça produise de l'électricité ?
Le champ magnétique en question n’a rien de solaire. La plupart des
satellites y compris la navette orbitent en pleine magnétosphère
terrestre, bien en deçà de la magnétopause qui se trouve en moyenne à
10 rayons terrestres lorsqu’elle est la plus proche, à midi. En cas de
forte activité solaire la magnétopause peut occasionnellement se
rapprocher jusqu’à 5 rayons terrestres environ, mais même dans ce cas
les satellites ordinaires restent hors de portée du champ magnétique
solaire (ce qui ne veut pas dire qu’ils ne subissent pas d’effets
indirects).
...
Puisque vous avez l'air de connaître mieux que moi, pouvez vous expliquer
comment l'expérience du câble de 20 km a pu récolter tant d'énergie à la
hauteur prévisible où la navette circulait, alors qu'à cette distance le
champ magnétique terrestre doit être particulièrement faible. C'est à dire :
est ce que le vent solaire a une action qui renforce la magnétosphère en
altitude ou pas ?
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-13 06:26:33 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Vous avez un conducteur qui se déplace dans un champ magnétique (qui
n'est pas vraiment terrestre mais solaire) et vous vous étonnez que
ça produise de l'électricité ?
Le champ magnétique en question n'a rien de solaire. La plupart des
satellites y compris la navette orbitent en pleine magnétosphère
terrestre, bien en deçà de la magnétopause qui se trouve en moyenne à
10 rayons terrestres lorsqu'elle est la plus proche, à midi. En cas de
forte activité solaire la magnétopause peut occasionnellement se
rapprocher jusqu'à 5 rayons terrestres environ, mais même dans ce cas
les satellites ordinaires restent hors de portée du champ magnétique
solaire (ce qui ne veut pas dire qu'ils ne subissent pas d'effets
indirects).
...
Puisque vous avez l'air de connaître mieux que moi, pouvez vous expliquer
comment l'expérience du câble de 20 km a pu récolter tant d'énergie à la
hauteur prévisible où la navette circulait, alors qu'à cette distance le
champ magnétique terrestre doit être particulièrement faible. C'est à dire
: est ce que le vent solaire a une action qui renforce la magnétosphère en
altitude ou pas ?
--
Jean Claude Pinoteau
e = -dPhi/dt = -B*v*L (algébrique)

Ordre de grandeur B = 10^-5 env, v = 8500 m/s et L = 20 000 m

Ainsi au signe près e = 1700 V environ, si on ferme ce circuit sur une
faible charge le courant dans le circuit peut être très important...

Une étude selon la nature et les propriétés électromagnétiques du conducteur
pourrait être intéressante...


MA
Nietsnie
2010-02-13 09:59:18 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Nietsnie
Vous avez un conducteur qui se déplace dans un champ magnétique
(qui n'est pas vraiment terrestre mais solaire) et vous vous
étonnez que ça produise de l'électricité ?
Le champ magnétique en question n'a rien de solaire. La plupart des
satellites y compris la navette orbitent en pleine magnétosphère
terrestre, bien en deçà de la magnétopause qui se trouve en moyenne
à 10 rayons terrestres lorsqu'elle est la plus proche, à midi. En
cas de forte activité solaire la magnétopause peut
occasionnellement se rapprocher jusqu'à 5 rayons terrestres
environ, mais même dans ce cas les satellites ordinaires restent
hors de portée du champ magnétique solaire (ce qui ne veut pas dire
qu'ils ne subissent pas d'effets indirects).
...
Puisque vous avez l'air de connaître mieux que moi, pouvez vous
expliquer comment l'expérience du câble de 20 km a pu récolter tant
d'énergie à la hauteur prévisible où la navette circulait, alors
qu'à cette distance le champ magnétique terrestre doit être
particulièrement faible. C'est à dire
est ce que le vent solaire a une action qui renforce la
magnétosphère en altitude ou pas ?
--
Jean Claude Pinoteau
e = -dPhi/dt = -B*v*L (algébrique)
Ordre de grandeur B = 10^-5 env, v = 8500 m/s et L = 20 000 m
...
Admettons cette valeur du champ magnétique. La question était de savoir si
cette valeur est propre au champ magnétique terrestre ou si le vent solaire
y contribue.
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-13 10:11:37 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Nietsnie
Vous avez un conducteur qui se déplace dans un champ magnétique
(qui n'est pas vraiment terrestre mais solaire) et vous vous
étonnez que ça produise de l'électricité ?
Le champ magnétique en question n'a rien de solaire. La plupart des
satellites y compris la navette orbitent en pleine magnétosphère
terrestre, bien en deçà de la magnétopause qui se trouve en moyenne
à 10 rayons terrestres lorsqu'elle est la plus proche, à midi. En
cas de forte activité solaire la magnétopause peut
occasionnellement se rapprocher jusqu'à 5 rayons terrestres
environ, mais même dans ce cas les satellites ordinaires restent
hors de portée du champ magnétique solaire (ce qui ne veut pas dire
qu'ils ne subissent pas d'effets indirects).
...
Puisque vous avez l'air de connaître mieux que moi, pouvez vous
expliquer comment l'expérience du câble de 20 km a pu récolter tant
d'énergie à la hauteur prévisible où la navette circulait, alors
qu'à cette distance le champ magnétique terrestre doit être
particulièrement faible. C'est à dire
est ce que le vent solaire a une action qui renforce la
magnétosphère en altitude ou pas ?
--
Jean Claude Pinoteau
e = -dPhi/dt = -B*v*L (algébrique)
Ordre de grandeur B = 10^-5 env, v = 8500 m/s et L = 20 000 m
...
Admettons cette valeur du champ magnétique. La question était de savoir si
cette valeur est propre au champ magnétique terrestre ou si le vent
solaire y contribue.
--
Jean Claude Pinoteau
Le champ magnétique est représenté par un vecteur dès lors, les
contributions s'ajoutent mais pour un satellite en orbite basse le champ
magnétique Terrestre l'emporte sur le champ magnétique solaire... Si la
question c'est de savoir si les particules solaires jouent un rôle dans le
courant qui circule lorsqu'on boucle le circuit alors là c'est une autre
affaire...


MA
François Guillet
2010-02-13 11:45:07 UTC
Permalink
"Michel Actis" <***@club-internet.fr> a �crit dans le message de news: hl5ttp$ajo$***@news.le-studio75.com...
...
| ...Si la
| question c'est de savoir si les particules solaires jouent un rôle dans le
| courant qui circule lorsqu'on boucle le circuit alors là c'est une autre
| affaire...

Il faudrait répondre avant à une question plus rudimentaire : c'est quoi le
circuit ? comment boucle-t-on le circuit ?
Alain Galvez
2010-02-13 15:46:27 UTC
Permalink
Post by François Guillet
...
| ...Si la
| question c'est de savoir si les particules solaires jouent un rôle dans le
| courant qui circule lorsqu'on boucle le circuit alors là c'est une autre
| affaire...
Il faudrait répondre avant à une question plus rudimentaire : c'est quoi le
circuit ? comment boucle-t-on le circuit ?
Le circuit est bouclé par la ionosphère. Bien que dans l'espace, la
navette ne navigue pas dans un milieu totalement déporvu d'ions et
apparemment c'est suffisant pour générer ces quelques kilowatts. En
fait, ce dispositif n'est qu'une très longue antenne se déplaçant très
vite dans un champ magnérique faible, mais tout est relatif.

L'activité solaire va bien sûr améliorer le rendement du dispositif en
augmentant la conductivité ambiante par l'apport d'ions et de rayons UV
ionisants, mais ceci n'a pas grand chose à voir avec le champ magnétique
solaire qui est contrecarré par le terrestre à des dizaines de milliers
de kilomètres.

En orbite lunaire ou solaire, un tel dispositif générerait toujours un
courant, cependant il devrait être plusieurs ordres de grandeur plus
faible à cause de la très faible conductivité du milieu et du seul champ
magnétique solaire. Il faudrait alors plutôt penser à faire une boucle
avec le conducteur.
Alain Galvez
2010-02-13 16:16:45 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Alain Galvez
Vous avez un conducteur qui se déplace dans un champ magnétique (qui
n'est pas vraiment terrestre mais solaire) et vous vous étonnez que
ça produise de l'électricité ?
Le champ magnétique en question n’a rien de solaire. La plupart des
satellites y compris la navette orbitent en pleine magnétosphère
terrestre, bien en deçà de la magnétopause qui se trouve en moyenne à
10 rayons terrestres lorsqu’elle est la plus proche, à midi. En cas de
forte activité solaire la magnétopause peut occasionnellement se
rapprocher jusqu’à 5 rayons terrestres environ, mais même dans ce cas
les satellites ordinaires restent hors de portée du champ magnétique
solaire (ce qui ne veut pas dire qu’ils ne subissent pas d’effets
indirects).
...
Puisque vous avez l'air de connaître mieux que moi, pouvez vous expliquer
comment l'expérience du câble de 20 km a pu récolter tant d'énergie à la
hauteur prévisible où la navette circulait, alors qu'à cette distance le
est ce que le vent solaire a une action qui renforce la magnétosphère en
altitude ou pas ?
Le vent solaire va surtout augmenter la conductivité de la ionosphère
par l'apport d'ions et de rayonnements UV qui vont ioniser les atomes
ambiants. Donc oui, le vent solaire va de cette façon renforcer le
rendement du dispositif, en améliorant le circuit de retour.

Concernant champ magnétique terrestre, vous voulez croire qu'il est
faible à cette altitude. Mais faible par rapport à quoi? Ce champ est
assez puissant pour repousser frontalement le champ magnétique solaire
de plusieures dizaines de milliers de kilomètres. L'altitude orbitale de
la navette par rapport au niveau de la mer est alors insignifiante et ne
change pas grand chose aux ordres de grandeur. Vous pouvez vous amuser à
calculer le champ magnétique terrestre à plusieures altitudes ici:

http://www.ngdc.noaa.gov/geomagmodels/IGRFWMM.jsp

Vous verrez qu'à une altitude de 500 km on n'arrive même pas à réduire
l'intensité de ce champ de moitié, ce qui est normal vu que la
magnétopause se trouve en moyenne à plus de 60000 kilomètres de là.

Revenant à l'activité solaire, un champ magnétique plus puissant
provenant du soleil va également exercer une pression plus forte sur la
magnétosphère terrestre, ce qui aura aussi comme conséquence d'augmenter
la puissance du dispositif. Donc oui, le champ magnétique solaire va
aussi positivement influencer la génération du courant, mais indirectement.
François Guillet
2010-02-13 10:06:54 UTC
Permalink
"Alain Galvez" <***@gmail.com> a �crit dans le message de news: ks6dnUBbgYSyA-***@giganews.com...
| ...A l’endroit du
| trou dans l’isolant, point le plus faible du circuit résultant, ceci a
| causé un arc de 3,5 kW qui a chauffé et fondu les composants du câble.
...

Et comment explique-t-on qu'il y a eu un arc à travers l'isolant, entre un
conducteur et l'extérieur du câble où est censé règner le vide ?

On parle de quoi là, d'une tension liée à la force de Lorentz ou aux couches
ionosphériques ?
Michel Actis
2010-02-13 10:17:54 UTC
Permalink
| ...A l'endroit du
| trou dans l'isolant, point le plus faible du circuit résultant, ceci a
| causé un arc de 3,5 kW qui a chauffé et fondu les composants du câble.
...
Et comment explique-t-on qu'il y a eu un arc à travers l'isolant, entre un
conducteur et l'extérieur du câble où est censé règner le vide ?
On parle de quoi là, d'une tension liée à la force de Lorentz ou aux couches
ionosphériques ?
Personne n'a dit que ces sujets sont parfaitement maitrisés c'est ce qui les
rend intéressants d'ailleurs...


MA
Michel Actis
2010-02-13 10:21:07 UTC
Permalink
| ...A l'endroit du
| trou dans l'isolant, point le plus faible du circuit résultant, ceci a
| causé un arc de 3,5 kW qui a chauffé et fondu les composants du câble.
...
Et comment explique-t-on qu'il y a eu un arc à travers l'isolant, entre un
conducteur et l'extérieur du câble où est censé règner le vide ?
On parle de quoi là, d'une tension liée à la force de Lorentz ou aux couches
ionosphériques ?
Personne n'a dit que ces sujets sont parfaitement maitrisés c'est ce qui les
rend intéressants d'ailleurs...


MA
Alain Galvez
2010-02-13 15:57:32 UTC
Permalink
| ...A l’endroit du
| trou dans l’isolant, point le plus faible du circuit résultant, ceci a
| causé un arc de 3,5 kW qui a chauffé et fondu les composants du câble.
...
Et comment explique-t-on qu'il y a eu un arc à travers l'isolant, entre un
conducteur et l'extérieur du câble où est censé règner le vide ?
Cela a été expliqué: le "vide" n'était pas si vide que ça, surtout à
cause du noyau en nylon qui était plein de bulles d'air et qui a dégazé
à travers une cassure de l'isolant. Mais même sans ça, les satellites
comme la navette se chargent toujours d'ions provenant par exemple des
moteurs de navigation, ce qui a déjà causé pas mal de coûteuses
malfonctions.
On parle de quoi là, d'une tension liée à la force de Lorentz ou aux couches
ionosphériques ?
Des deux. Une moitié du circuit est liée à la force de Lorentz et
l'autre dépend de la conductivité du milieu.
Julien Arlandis
2010-02-10 08:59:56 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
C'est bien gentil, mais où voyez vous qu'ils extraient de l'énergie d'un
aimant ? Vous avez un conducteur qui se déplace dans un champ magnétique
(qui n'est pas vraiment terrestre mais solaire) et vous vous étonnez que ça
produise de l'électricité ?
Et je fais comment pour éclairer ma maison ou pour alimenter une usine
d'aluminium ?
A ce propos, quand on allume les phares d'un vélo alimentés par une
dynamo on force un peu plus que lorsque le circuit est ouvert. Tout
simplement parce que lorsque le circuit est fermé, la dynamo est freinée
par les forces de Laplace. Quand on récupère de l'énergie à partir d'un
conducteur en mouvement dans un champ magnétique permanent, celle-ci
provient de l'excédent d'énergie qu'il a fallu fournir pour maintenir le
mouvement du conducteur.
Nietsnie
2010-02-07 21:08:42 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire".......
http://www.gammamanager.com/video.html
(Certifications des moteurs EBM par des experts)
http://www.gammamanager.com/certific.html
http://www.rexresearch.com/szabo/szabo.htm
...
Il y a toujours la possibilité d'une supercherie lorsqu'on a affaire à une
site Internet. Bon, admettons que les éléments soient réels :

Dans le reportage, on dit que la machine E-720 pèse 15 tonnes, mais un
expert parle de 8 tonnes et quelques.

D'autre part, un expert parle de 6 à 7 kW de puissance excédentaire et
l'autre en trouve 15.

Et en plus, il s'agit à la fois de puissance thermique et électrique
combinée. Pour l'instant, une machine de 8 ou 15 tonnes qui produit de 6 à
15 kW (la moitié en électricité ?), c'est pas terrible. Mais bon, c'est un
début, d'autant qu'il n'y a aucune source d'énergie. Et là, c'est le
black-out total... Il y a bien des descriptifs sommaires des éléments
constitutifs, mais, depuis plus de 10 ans que les experts sont sur la
paillasse, rien sur l'origine de cette énergie ?
--
Jean Claude Pinoteau
Nietsnie
2010-02-07 22:53:47 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire"........
Voir aussi le moteur SEG présenté par le Pr Searl (bluffant le
papy...) : http://youtu.be/a-O7WNvKSvY
http://youtu.be/46gRnzI2os0
...
La papy est surtout chiant, vu qu'il est écossais et que c'est pas facile à
comprendre. Heureusement qu'on a pléthore d'informations sur le site :

http://www.searlsolution.com/

Ceci dit, on a l'impression de nager en pleine science fiction. Surtout avec
sa soucoupe volante anti-gravité !

Bon, le prototype de SEG qui semble avoir été étudié sur toutes les coutures
donne plus de crédibilité que pour l'EBM. Avec un système pesant environ 350
kg, il sort 6-7 kW, sachant qu'il y a une baisse de température de 6-8° C
dans l'atmosphère environnante. La conversion d'énergie a un minimum de
base.

Je m'étonne quand même que depuis des décennies que papy Searl a mis au
point ses protos il n'y ait pas encore de version commerciale.
--
Jean Claude Pinoteau
Michel Actis
2010-02-08 09:06:40 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire"........
Voir aussi le moteur SEG présenté par le Pr Searl (bluffant le
papy...) : http://youtu.be/a-O7WNvKSvY
http://youtu.be/46gRnzI2os0
...
La papy est surtout chiant, vu qu'il est écossais et que c'est pas facile
http://www.searlsolution.com/
Ceci dit, on a l'impression de nager en pleine science fiction. Surtout
avec sa soucoupe volante anti-gravité !
Bon, le prototype de SEG qui semble avoir été étudié sur toutes les
coutures donne plus de crédibilité que pour l'EBM. Avec un système pesant
environ 350 kg, il sort 6-7 kW, sachant qu'il y a une baisse de
température de 6-8° C dans l'atmosphère environnante. La conversion
d'énergie a un minimum de base.
Je m'étonne quand même que depuis des décennies que papy Searl a mis au
point ses protos il n'y ait pas encore de version commerciale.
--
Jean Claude Pinoteau
Certes le Professeur Searl articule mal mais on le comprend bien mieux après
quelques écoutes supplémentaires...Cela dit, il illustre clairement son
propos une petite pichenette induit un mouvement de rotation important dans
son système de rouleaux. Si on boucle la f.c.e.m sur une charge utile alors
l'ensemble freine jusqu'à immobilisation...Selon lui cette énergie
électrique pourrait être récupérée pour alimenter un circuit ou stockée dans
une batterie qui pourquoi pas pourrait éventuellement servir à alimenter une
pichenette mécanique pour les cycles suivants... Une question se pose alors
d'où viendrait l'énergie collectée ?

Pour répondre à ta question ce ne serait pas la première fois qu'une
découverte n'accroche pas et passe à la trappe de l'histoire mais en
générale elle finisse par ressortir tôt ou tard....


Voir aussi :
http://video.google.com/videoplay?docid=-8635897559220353909&ei=ENFvS_vgD4rN-QapmpzgBg&q=john+searl


MA
Nietsnie
2010-02-08 10:18:20 UTC
Permalink
Post by Michel Actis
Post by Nietsnie
Post by Michel Actis
Depuis quelques mois force est de constater que de plus en plus de
sites fleurissent sur le net mettant en scène des prototypes de
moteurs prétendument "perpétuels" ou "sur-unitaire"........
Voir aussi le moteur SEG présenté par le Pr Searl (bluffant le
papy...) : http://youtu.be/a-O7WNvKSvY
http://youtu.be/46gRnzI2os0
...
La papy est surtout chiant, vu qu'il est écossais et que c'est pas
facile à comprendre. Heureusement qu'on a pléthore d'informations
sur le site : http://www.searlsolution.com/
Ceci dit, on a l'impression de nager en pleine science fiction.
Surtout avec sa soucoupe volante anti-gravité !
Bon, le prototype de SEG qui semble avoir été étudié sur toutes les
coutures donne plus de crédibilité que pour l'EBM. Avec un système
pesant environ 350 kg, il sort 6-7 kW, sachant qu'il y a une baisse
de température de 6-8° C dans l'atmosphère environnante. La
conversion d'énergie a un minimum de base.
Je m'étonne quand même que depuis des décennies que papy Searl a mis
au point ses protos il n'y ait pas encore de version commerciale.
--
Jean Claude Pinoteau
Certes le Professeur Searl articule mal mais on le comprend bien
mieux après quelques écoutes supplémentaires...Cela dit, il illustre
clairement son propos une petite pichenette induit un mouvement de
rotation important dans son système de rouleaux. Si on boucle la
f.c.e.m sur une charge utile alors l'ensemble freine jusqu'à
immobilisation...Selon lui cette énergie électrique pourrait être
récupérée pour alimenter un circuit ou stockée dans une batterie qui
pourquoi pas pourrait éventuellement servir à alimenter une
pichenette mécanique pour les cycles suivants... Une question se pose
alors d'où viendrait l'énergie collectée ?
Si on se penche sur le phénomène magnétocalorique et qu'on constate que le
gros prototype de 350 kg refroidit l'atmosphère environnante de 6 à 8
degrés, déja on a une bonne piste (c'est mieux qu'une chaude piste). Elle
n'a pas été suivie de mesures, semble-t-il. On ne sait pas combien de
calories empruntées au milieu versus les kWh produits.

Ceci dit, un truc vraiment étonnant avec ledit prototype, c'est le
changement de valeur de gravité selon le régime de fonctionnement. Et puis
le plasma bleuté qui se développe autour.
Post by Michel Actis
Pour répondre à ta question ce ne serait pas la première fois qu'une
découverte n'accroche pas et passe à la trappe de l'histoire mais en
générale elle finisse par ressortir tôt ou tard....
Oui, on a vu le cas du système d'engrenages différentiel déjà utilisé par
les chinois il y a quelques millénaires, avec leur chariot qui ne perd pas
le nord, avant de ressurgir au XIXe.
Post by Michel Actis
http://video.google.com/videoplay?docid=-8635897559220353909&ei=ENFvS_vgD4rN-QapmpzgBg&q=john+searl
...
Oui, c'est traité plus en détail sur son site. On les tient tes OVNIs : de
la sustentation alimentée par de l'énergie libre.
--
Jean Claude Pinoteau
Graou
2010-02-08 14:49:14 UTC
Permalink
Post by Nietsnie
Oui, on a vu le cas du système d'engrenages différentiel déjà utilisé par
les chinois il y a quelques millénaires, avec leur chariot qui ne perd pas
le nord, avant de ressurgir au XIXe.
moi non plut, je perre jamet le nord care quant je vet au chanpignon, je
regarde toujoure la mousse des arbre ou si cet la nuit, tot le mattin,
je regarde les etoille et suretous la polerre
LeLapin
2010-02-10 13:22:53 UTC
Permalink
Post by Graou
Post by Nietsnie
Oui, on a vu le cas du système d'engrenages différentiel déjà utilisé par
les chinois il y a quelques millénaires, avec leur chariot qui ne perd pas
le nord, avant de ressurgir au XIXe.
moi non plut, je perre jamet le nord care quant je vet au chanpignon, je
regarde toujoure la mousse des arbre ou si cet la nuit, tot le mattin, je
regarde les etoille et suretous la polerre
Graou, vous connaissez Jumpy ?
--
LeLapin
Continuer la lecture sur narkive:
Loading...