Discussion:
Épouvantail (rhétorique) et son usage dans la vie courante
(trop ancien pour répondre)
Zulu
2013-10-21 20:56:31 UTC
Permalink
Raw Message
L’épouvantail (ou homme de paille) est un sophisme qui consiste à présenter la
position de son adversaire de façon volontairement erronée. Créer un argument
épouvantail consiste à formuler un argument facilement réfutable puis à l'attribuer à
son opposant.

L'expression est une image tirée de la technique d'entraînement au combat contre un
mannequin de paille à l'image de l'adversaire. Se battre contre la représentation
affaiblie de l'adversaire assure une victoire facile.

Normand Baillargeon explique que « si on ne peut vaincre un raisonnement donné, il
peut être possible de sortir victorieux d'un débat avec une version affaiblie de ce
même raisonnement. Cela sera d'autant plus facile si nous créons nous-mêmes la
version affaiblie en la façonnant de manière à garantir qu'elle sera démolie »1. Il
classe ce procédé parmi les paralogismes.

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89pouvantail_%28rh%C3%A9torique%29

Ajoutons à cela la diabolisation grossière mais constante de l'opposant afin que de
dissuader toute curiosité à l'égard de leurs thèses (attaque ad hominem
systématique). L'épouvantail est alors l'opposant lui-même.

Application

http://www.phdn.org/negation/comte/IIC.html

Cette technique est d'autant plus efficace que l'on restreint le droit de réponse et
le débat public.

Quelle doit être l'attitude du zététicien?

Avant tout s'informer auprès des sources originales et juger par soi même les
arguments exposés dans les thèses qui s'affrontent. Préférer la logique face à
l'émotionnel qui affaiblit tout esprit critique.

Ceci est facilité aujourd'hui par l'accession à la documentation révisionniste sur le
net et ce malgré la censure imposée par la loi Gayssot.

IL est évident qu'une approche sérieuse du sujet demande du temps et des efforts
ainsi qu'une bonne connaissance de l'anglais. Ces impératifs limitent forcément les
effectifs de la résistance à la propagande massive assénée par tous les moyens
disponibles.

Autre problème, de taille en France: si l'on franchit la barrière émotionnelle de la
dissonance cognitive et que finalement on "doute", on n'osera pas le dévoiler de peur
d'être diabolisé.

"La rectification d'idées acquises est plus pénible pour un individu que
l'apprentissage d'idées nouvelles pour lesquelles il ne possède pas encore de
modèle6. Ce phénomène avait déjà été signalé par Jean Piaget dans ses travaux. Carl
Rogers l'admettait également. Les exemples abondent dans l'histoire : héliocentrisme
contre géocentrisme, darwinisme contre créationnisme, Libre arbitre contre
conditionnement, etc. Les religions et les systèmes totalitaires (sans qu'il soit
question ici de les comparer directement) marquent une préférence pour enseigner
leurs points de vue dès la prime jeunesse, en tant que modèle primal."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dissonance_cognitive

À l'avenir on pourra ajouter "révisionnisme contre exterminationnisme"

Mise en oeuvre de la propagande dès le plus jeune âge

"Holocauste" : comment on trompe les jeunes

"Devoir de mémoire" : une jeunesse embrigadée politiquement



Du grain à moudre sans trop d'effort

Les arguments révisionnistes en trente minutes


Ça date mais ça tient encore la route

David Cole (juif et révisionniste)
Les portes d'Auschwitz, sous-titres en français


Robert Faurisson - 1986 - Le problème des chambres a gaz

siger
2013-10-21 21:21:04 UTC
Permalink
Raw Message
L'épouvantail (ou homme de paille) est un sophisme qui consiste à
présenter la position de son adversaire de façon volontairement
erronée. Créer un argument épouvantail consiste à formuler un
argument facilement réfutable puis à l'attribuer à son opposant.
C'est très fréquent sur les forums, plus que dans les discussions de
vive voix il me semble, ce qui voudrait dire que celui qui le fait sait
ce qu'il fait, ou qu'il se lache consiemment ou non quand il n'est pas
devant la personne à qui il parle.
attaque ad hominem systématique
Ça c'est, pour moi, l'argumentation de celui qui n'en a pas, comme "le
point godwin", le "tu botes en touche" à celui qui refuse de se laisser
entrainer, le "caliméro" à celui qui en a raz le bol de se faire
maltraiter. Tout ça c'est de la manipulation, du troll.

Il n'y a aucune raison d'accepter les manipulations malhonnêtes et
néanmoins polies d'une personne et de refuser les grossièretés
néanmoins justifiées en réponse, sauf si on n'a pas d'argument sur le
fond. Si on accepte ce comportement, il reste "le poli", qui a
forcément raison, et "le grossier", qui a forcément tort : c'est de la
manipulation.
--
siger
Loading...